Débats d'idées : Forum de Conteur.com
Pour défaire et refaire le monde
Aller la Page:  12Suivant
Page courante:1 parmi 2
Conte improvis
Envoy par: sacado (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 29 juillet 2010 14:03:22

B'jour,

Je suis conteur amateur et aussi, mes heures perdues, je fais du thtre d'improvisation. Le lien entre les deux disciplines m'a rapidement frapp. Les conteurs ont tendance improviser une bonne partie de leurs prestations, en ne sachant pas forcment au dbut d'un spectacle quelles histoires vont tre racontes et en ne sachant pas non plus quels mots prcisment utiliser pour telle ou telle histoire, seul le canevas de l'histoire tant connu et matris.

Mais j'aimerais bien aller plus loin et, un jour, pratiquer le conte totalement improvis. C'est--dire, raconter une histoire comme a, sur le vif, sans canevas pralable, sans savoir au dbut du spectacle de quoi je vais parler. Ca marche au thtre (alors que c'est un art habituellement rigide au niveau du texte et des dplacements), alors pourquoi pas dans le conte ?

Vous connaissez des artistes qui improvisent / ont improvis des histoires de cette faon ? Vous en pensez quoi ? Ca vous parat faisable, utopique, idiot, intressant, vou l'chec, grisant, etc. ? Pourquoi ? Je suis sr que votre exprience peut m'apporter matire rflexion, alors j'attends vos avis aviss.

Re: Conte improvis
Envoy par: La conteuse du vent d'avril (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 29 juillet 2010 21:42:57

Salut Sacado,

a me parat un peu vou l'chec ton histoire de conte ou de spectacle improvis. Car si on ne travaille pas l'histoire l'avance, on fait forcment des blancs, parfois on cherche ses mots et a ne peut pas prendre, ou pire, on hsite sur l'histoire qu'on va raconter et a trane...

Pour moi, l'idal, c'est de matriser un max d'histoires, de faon sre pour pouvoir "improviser" un spectacle de contes. On le fait dj en quelque sorte en fonction du public qu'on a en face de soi.
Combien de fois m'est-il arriv de me retrouver devant des enfants de 3 ou 4 ans en majorit, alors qu' la base on m'avait demand des contes tout public, plutt rservs aux plus de 7 ans !!! J'ai d adapter mes histoires en fonction du public chaque fois. Mais franchement, rien ne s'improvisait. J'avais travaill les deux contes pour avoir le choix au dernier moment au cas o...

Et c'est bien a le hic... Les gens sont persuads que les conteurs racontent leurs histoires en improvisant, un peu comme ils raconteraient un vnement qu'ils ont vcu la veille ou le matin mme, avec la mme facilit... C'est le bon conteur qui maitrse correctement ses histoires qui peut donner cette illusion, mais il y a beaucoup de travail en amont. Un travail colossal dont les gens n'ont pas ide. Eux ils ne voient que l'histoire raconte avec une fluidit dconcertante... D'o le nombre incalculable de demande de bnvolat pour les conteurs...

Bref... tu l'auras compris, je n'aime pas trop l'ide du "spectacle improvis"... smiling smiley

[laconteuseduventdavril.sitew.com]

Re: Conte improvis
Envoy par: sacado (Adresse IP journalise)
Date: ven. 30 juillet 2010 01:40:12

Merci pour ta rponse. C'est vrai que je m'interroge pas mal l-dessus. Bon pour l'instant le problme du rpertoire servir diffremment en fonction du public ne se pose pas trop pour moi, l'intgralit de mon rpertoire couvre tout juste la dure d'un spectacle smiling smiley Et puis, je sais que pour certains publics, je ne suis pas capable de conter correctement ( l'heure actuelle, a changera peut-tre avec l'exprience). Si on me met des 3-4 ans devant moi, euh, les pauvres...

Et pour l'histoire improvise, je le sens bien que c'est casse-gueule, russir crer et raconter une histoire intressante dans l'instant, mais en mme temps je me dis que les thtreux y arrivent, crent des histoires cohrentes, drles et/ou touchantes de cette faon-l, et plusieurs la fois en plus ! Mais peut-tre que chez nous, l'obstacle le plus flagrant c'est le rythme. Il peut y avoir des temps morts au thtre, on peut les justifier, dans les contes c'est plus dlicat...

Re: Conte improvis
Envoy par: La conteuse du vent d'avril (Adresse IP journalise)
Date: ven. 30 juillet 2010 13:46:43

Tu parles de thtre d'improvisation, pas de thtre en gnral. Au thtre, les comdiens savent leur texte sur le bout des doigts et il n'y a aucune improvisation dans le droulement de l'histoire.

Dans le thtre d'impro, il y a un thme qui donne la trame, mais il y a aussi et surtout les autres... Souvent c'est un travail d'quipe et l'quipier apporte son imagination et son souffle l'histoire improvise.

Quand tu es seul, pour que a devienne vraiment intressant pour le public, tu as intrt tre vachement fort quand mme pour inventer une histoire qui dure une heure ou plein d'histoires sorties comme par magie de ton imagination fertile... winking smiley

[laconteuseduventdavril.sitew.com]

Re: Conte improvis
Envoy par: sacado (Adresse IP journalise)
Date: dim. 1 aot 2010 14:18:30

Hmm, intressant ce que tu ajoutes, c'est vrai qu'au thtre improvis, il y a les autres qui peuvent servir faire avancer l'histoire quand on bloque un peu. Ca m'a fait penser qu'un musicien peut tre intressant dans le contexte qui m'intresse. Si le conteur-improvisateur a un "coup de mou", il peut interrompre le flux de sa parole et laisser le musicien improviser seul quelques instants ce qui permet au premier de retrouver son inspiration sans gner le public par un silence impromptu.

Myriam Pellicane conte souvent avec un musicien qui improvise son accompagnement. Bon, dans son cas les trames des histoires sont connues et matrises, mais le musicien et la conteuse n'ont pas forcment eu le temps ni l'occasion de rpter ensemble au pralable. Eh bien, pourtant, le rsultat est tout fait convaincant smiling smiley Le CD de son spectacle "Monstres" avec Eric Delbouys est d'ailleurs enregistr dans ces conditions, en "live". Bon, il faut aussi que je me trouve un musicien alors smiling smiley

Pour finir avec ce que tu dis, je n'envisage pas une histoire d'une heure, l a me parat vraiment difficile de maintenir une histoire intressante sur une telle dure ; par contre, quelques histoires de 10 mn, c'est plus envisageable. Quant crer une histoire intressante sur le vif, contrairement ce qu'on croit, a ne demande pas vraiment une imagination fertile hors du commun. Les comdiens en thtre d'impro font a en permanence (la diffrence avec le conte est la faon de dlivrer l'histoire cre) et moyennant quelques "trucs" techniques parfois assez contre-intuitifs, on se rend vite compte que c'est assez facile de crer une histoire cohrente et intressante. La difficult en l'occurrence est plus dans la faon de la transmettre au public... Tu m'as donn plein de pistes de rflexion quoi, merci smiling smiley

Re: Conte improvis
Envoy par: Ani Boquillon (Adresse IP journalise)
Date: lun. 2 aot 2010 20:17:54

Tiens, c'est curieux, ce sujet...
Il contient plusieurs sujets en un, en fait.
"Thtre d'improvisation"..? Moi, je n'appelle pas a du thtre, sans aucunement mdire de la valeur et des qualits des comdiens qui se soumettent ce genre d'exercice: c'est trs fort, comme travail, mais a n'a pas grand-chose voir avec le "thtre" proprement dit... En gnral, c'est class sous l'tiquette "match" plutt que "spectacle de thtre". On appelle a un "spectacle" si on veut, mais c'est du "divertissement" (l' "entertainment" des Amricains) plutt que du "thtre" au sens propre. (En plus, mme si tu peux ficeler une histoire qui tient debout, a ne va pas chercher bien haut au niveau littraire et intellectuel, si je puis me permettre.)
En ce qui concerne le conte, il y a chez certains conteurs une part d'impro (puisqu'en principe nous ne faisons pas de "par coeur"), mais qui est trs balise par le conteur lui-mme. En effet, un "conte", ce n'est pas n'importe quelle histoire qu'on invente comme a... C'est quelque chose qui a t TRANSMIS depuis souvent des sicles, voire des millnaires, avec la plupart du temps une adaptation permanente au langage de l'poque o on le raconte, aux moeurs et aux pratiques de ce temps.
Tu peux improviser sur l'histoire, mais tu ne peux pas l'inventer - sinon, si "cohrente et intressante" qu'elle puisse tre, ce n'est pas un "conte" mais une forme de cration (littraire, ventuellement) dont tu peux peut-tre esprer que dans une centaine d'annes elle aura tellement t rpte, modifie, dforme, assimile, qu'elle sera passe au statut de "littrature orale", mais tu ne seras plus l pour le voir. grinning smiley
Par ailleurs, RIEN ne t'empche, au cours d'un spectacle, de changer d'avis sur les contes que tu voulais raconter et d'en conter d'autres. C'est ta libert absolue. Mais tes contes, tu les auras travaills avant, et tu en auras tir ce que tu pourras considrer comme leur "essence" (encore un mot polmiques: disons "une certaine quantit d'lments teneur symbolique"), ce qui te permettras de les raconter QUAND tu veux et dans des occasions qui te semblent appropries.
Ce qui peut donner au public l'impression, en effet, que tu improvises. Mais...
L'improvisation, c'est une pratique qui demande, comme le reste, un travail spcifique. Les comdiens de "Commedia dell'Arte" sont de grands improvisateurs - que ce soit en troupe ou en solo (plus rare) -, mais ils travaillent sur des "canevas" et donnent, eux, rellement un spectacle de thtre, mais a n'a rien voir avec de l'impro "sur le tas".
C'est sous cet clairage qu'on peut le rapprocher du travail d'impro possible dans le conte.
Je dirais que d'aprs ce que j'ai vu de M. Pellicane, son travail est proche de a aussi. Mais pour moi c'est plus du "one man show" que du conte, mme si elle travaille partir de sujets de contes. Et concernant l'exemple que tu cites, c'est le musicien qui improvise, en l'occurrence... winking smiley
Il y a une autre proximit entre la CDA et le conte, c'est le rapport au public. Autant il est convenu dans le thtre "conventionnel" d'ignorer le public, autant en CDA et chez les conteurs le public fait partie de l'environnement dont on ne peut pas ignorer la prsence (sans public, pas de conteur... )
Dans une "veille" de contes, les gens qui viennent pour conter ne savent pas forcment ce qu'ils vont raconter, ou plutt ils ont prvu un certain nombre d'histoires qu'ils pourront ventuellement raconter, mais si a se trouve, ils raconteront autre chose, parce que le "conteur" prcdent les aura mis sur une autre "piste"... Et l tu as intrt avoir un bon rpertoire. winking smiley
Enfin, je voudrais juste rappeler que le conte, c'est avant tout la transmission d'un patrimoine, d'un savoir, et que nous sommes l pour remplir cette fonction. Et il ne faut pas croire qu'on est "coinc" dans des schmas rigides, ou comme on le croit trop souvent "rac". Bien au contraire (est rac le conte cont par un conteur rac). Tu creuses, et tu trouves du sens bien au-del des apparences. Conter est un choix, pourquoi ne pas l'assumer?
Aprs si tu veux faire du "thtre d'improvisation", tu peux partir d'une trame de conte, mais si tu fais du thtre avec (ou tout ce que tu veux winking smiley ), n'appelle pas a du conte... C'est autre chose, qui a parfaitement le droit d'exister, mais le conte aussi a le droit d'exister et dans des formes qui conviennent sa prennit. smiling smiley A force de tout mlanger, on finit par faire de la soupe, et le public se lasse de ne pas trouver ce qu'il vient chercher. S'il veut du thtre, il cherchera "thtre" dans les programmes. Et il espre voir un spectacle qui rpond des critres considrs comme "thtraux".
S'il veut un match d'improvisation, il cherchera a.
Et s'il veut du conte, il cherchera "conte". Et s'il se trouve devant quelqu'un qui lui sert un truc o il ne se retrouve pas, il dira "c'est pas du conte" et au bout de 2 ou 3 fois, il arrtera d'aller voir des "conteurs" parce qu'il n'aura plus confiance, alors que c'est juste un problme de VOCABULAIRE. smiling smiley


*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: Conte improvis
Envoy par: contes-et-merveilles (Adresse IP journalise)
Date: lun. 2 aot 2010 20:39:24

bravo Annie !
ta rponse est d'une trs grande qualit, comme d'habitude
j'aime lire a !

Jean-Pierre MATHIAS
conteur professionnel de Haute-Bretagne
site: [www.contes-et-merveilles.com]

Re: Conte improvis
Envoy par: sacado (Adresse IP journalise)
Date: mar. 3 aot 2010 02:04:09

Oui, excellente rponse trs dtaille et complte. J'ai plein de trucs dire du coup smiling smiley

Attention, l'impro a n'est pas que le match d'impro. C'est ce qu'on voit le plus souvent en France (et au Qubec), mais a n'en est qu'une incarnation, au mme titre que le thtre traditionnel ne se limite pas au caf-thtre. Le match c'est un format o les comdiens ont tendance enchaner des sketchs courts, avec un rythme assez frntique. Pas trop de place pour dvelopper une histoire intressante et l'on se rabat souvent sur un enchanement de gags, de mimiques et de jeux de mots. Mais il y a d'autres formats qui mettent nettement plus l'accent sur la narration. Il y a par exemple des comdiens qui improvisent des pices entires de 45 mn. Difficile dans ce contexte de ne pas proposer une histoire intressante avec du suspense, des personnages attachants, une grande cohrence du dbut la fin, etc. C'est quand j'ai entendu de tels comdiens parler de narration, de schma actantiel, de schma quinaire, de "storytelling" chez les anglophones que a a fait tilt chez moi.

>>> un "conte", ce n'est pas n'importe quelle histoire qu'on invente comme a... C'est quelque chose qui a t TRANSMIS depuis souvent des sicles, voire des millnaires, avec la plupart du temps une adaptation permanente au langage de l'poque o on le raconte, aux moeurs et aux pratiques de ce temps. <<<

Oui, c'est ma faute, par abus de langage je dis "conte" au lieu d'"histoire". Ce que je veux improviser ce sont bien des histoires, pas des contes polis par des sicles d'orature. Les contes traditionnels c'est important, mon modeste rpertoire est bas l-dessus intgralement, mais il y a d'autres histoires plus ou moins rcentes qui mritent d'tre racontes, mme si elles n'ont pas encore la patine des sicles. Que ce soient les nouvelles fantastiques de Poe ou celles ralistes de Maupassant que racontent certains de ce forum (pas taper, je n'ai nomm personne) ou les rcits de vie que raconte notamment Marc Laberge, une histoire peut tre drle, ou surprenante, ou mouvante, ou effrayante, bref toucher le public, sans avoir des sicles d'existence et des dizaines d'auteurs successifs (d'ailleurs, il a bien fallu qu'elles soient neuves un jour pour passer les sicles smiling smiley ). Et une histoire improvise peut avoir tout cela aussi. Je l'ai vu au thtre, je ne l'ai pas encore vu dans le conte, mais je me dis que a doit tre possible...

>>> Il y a une autre proximit entre la CDA et le conte, c'est le rapport au public. Autant il est convenu dans le thtre "conventionnel" d'ignorer le public, autant en CDA et chez les conteurs le public fait partie de l'environnement dont on ne peut pas ignorer la prsence (sans public, pas de conteur... ) <<<

Oui, tiens, je crois que a c'est important. En effet, dans le conte, pas de 4me mur, le public est l et on ne peut pas faire sans lui. En impro (hors CDA donc) par contre, le mur est l, le public est "facultatif". Mais, et c'est important, le fait pour le public d'tre avec des comdiens qui inventent quelque chose d'unique, qui n'a jamais t cr avant et n'existera plus jamais aprs, le fait que les comdiens dcouvrent l'histoire en mme temps que le public, tout cela cre une complicit, une communion assez proche, je trouve, de ce qui se passe entre un conteur et son public. Alors que cette alchimie est totalement absente dans le thtre traditionnel. Et je crois que c'est a aussi qui m'intresse. Est-ce qu'en crant, devant le public, une histoire spcialement pour lui, issue de l'instant, du lieu, du conteur et du public qui l'coute, on ne peut pas faire natre une atmosphre unique, diffrente de celle qui nous unit habituellement avec nos auditeurs ?

>>> Aprs si tu veux faire du "thtre d'improvisation", tu peux partir d'une trame de conte, mais si tu fais du thtre avec (ou tout ce que tu veux), n'appelle pas a du conte... <<<

Non, on est bien d'accord, c'est bien du conte que je veux faire, enfin, du "racontage d'histoires" quoi, faute d'un meilleur terme. Je ne veux pas faire du thtre, je ne veux pas incarner un personnage qui raconte une histoire (je sais que certains le font, mais a reste du thtre justement), je veux tre Sacado qui raconte une histoire de sa cration spcialement pour le public qu'il a avec lui ce soir-l. Ca mrite peut-tre un nom part, bien soi cela dit. Et tre part, dans un spectacle bien distinct et pas au milieu d'autres histoires traditionnelles comme je le suggrais dans un autre message. C'est loin d'tre clair pour moi tout a. Merci pour cette rponse, a me donne plein de pistes de rflexion nouveau...

Re: Conte improvis
Envoy par: Aziliz (Adresse IP journalise)
Date: dim. 26 janvier 2014 17:45:52

Bonjour,

Je me permets de faire remonter ce sujet parce qu'il m'intresse normment !

Ma premire interrogation suite la lecture de vos rponses est : comment nommer alors le fait de raconter une histoire (roman, nouvelle, essai, ...) qui n'est pas proprement parler un conte au sens "une histoire transmise oralement par del les sicle et rptant un certain nombre de canevas, etc" (bref, ce que vous semblez entendre par conte) ? Car fondamentalement, pour moi - et il me semble l'avoir lu sur un autre sujet, mais j'en ai lu tellement que je ne me souviens plus lequel ^^' - partir du moment o une histoire est porte au public par voix orale comme l'on fait traditionnellement pour les contes, il s'agit l galement d'une raconte et donc quelque part, d'un conte, non ?

Bref, je m'interroge. Quand l'improvisation d'histoire, racontes au public sur le vif, c'est tout fait possible. Cela m'est d'ailleurs arriv deux reprises, la premire fois de faon totalement impromptue et la deuxime fois de faon plus calcule. Il faut savoir que j'cris parfois de petites histoires gentillettes et que c'est principalement l dessus que j'improvise.
La premire fois, avec des amis, nous avions dcid de faire une veille "cercle des menteurs" (le principe, est de faire un cercle et chacun raconte s'il le souhaite une histoire). J'avais donc prvu de raconter pour l'occasion une des histoires que je venais d'crire sauf que voila. Je commence ma raconte, je me laisse emporter par l'histoire et rsultat : l'histoire n'a plus rien voir avec l'histoire de base (pourtant, je n'ai eu que des commentaires positifs) et finalement, j'ai mme rcrit la premire histoire avec la trame improvise...
La seconde fois, c'tait en colonie de vacances, un spectacle de thtre et tout d'un coup, la comdienne me dit "tiens, et si tu finissais par un conte ?" Etant en charge des enfants, je n'ai pas eu une seconde pour me prparer et n'ayant l'poque dans mon rpertoire aucun conte sur le thme abord (les fes), je dcidais d'improviser avec, en tte, une direction et le thme du spectacle. Finalement, cela s'est trs bien pass et les adultes comme les enfants ont tous t ravis ...

Je pense donc que c'est possible quelques conditions prs : s'entraner, tant l'oral qu' l'crit, pour savoir rebondir sur les vnements de faon crdible et ne pas se retrouver comme un benet avec un hros compltement coinc sans savoir quoi faire pour relancer l'histoire (il existe de trs bons jeux pour s'entraner a), savoir reconnatre quand l'on fait fausse route et ne pas s'obstiner (un personnage peut trs bien se rendre compte qu'il va dans la mauvaise direction et faire demi tour) et se donner, avant de commencer, quelques pistes, des directions, des envies, parce qu'il ne faut pas se leurrer, on n'improvise pas sur rien, les comdiens de l'improvisation ont leur thme, nous avons nos pistes.

[lailleurs.com]

"Parce que les contes sont fait pour

Re: Conte improvis
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: lun. 27 janvier 2014 12:59:17

Aziliz Ecrivait:
-------------------------------------------------------
> Ma premire interrogation suite la lecture de
> vos rponses est : comment nommer alors le fait de
> raconter une histoire (roman, nouvelle, essai,
> ...) qui n'est pas proprement parler un conte au
> sens "une histoire transmise oralement par del
> les sicle et rptant un certain nombre de
> canevas, etc" (bref, ce que vous semblez entendre
> par conte) ? Car fondamentalement, pour moi - et
> il me semble l'avoir lu sur un autre sujet, mais
> j'en ai lu tellement que je ne me souviens plus
> lequel ^^' - partir du moment o une histoire
> est porte au public par voix orale comme l'on
> fait traditionnellement pour les contes, il s'agit
> l galement d'une raconte et donc quelque part,
> d'un conte, non ?

Oui, le mot "conte" est trs mal dfini et assez casse-figure. Quand on raconte une histoire traditionnelle transmise de bouche oreille sans qu'on puisse en retrouver une origine crite indniable, c'est un conte. Aprs... par abus de langage, on peut parler de "conte" aussi, ou si on veut viter de froisser les susceptibilits ou de se lancer dans un dbat, on peut parler simplement d'histoire. C'est un terme qui met tout le monde d'accord.

De ce point de vue, c'est vrai que "conte improvis" sonne un peu comme un oxymore, mme si tout le monde comprendra de quoi il s'agit...


> Je pense donc que c'est possible quelques
> conditions prs : s'entraner, tant l'oral qu'
> l'crit, pour savoir rebondir sur les vnements
> de faon crdible et ne pas se retrouver comme un
> benet avec un hros compltement coinc sans
> savoir quoi faire pour relancer l'histoire (il
> existe de trs bons jeux pour s'entraner a),
> savoir reconnatre quand l'on fait fausse route et
> ne pas s'obstiner (un personnage peut trs bien se
> rendre compte qu'il va dans la mauvaise direction
> et faire demi tour) et se donner, avant de
> commencer, quelques pistes, des directions, des
> envies, parce qu'il ne faut pas se leurrer, on
> n'improvise pas sur rien, les comdiens de
> l'improvisation ont leur thme, nous avons nos
> pistes.

Oui, c'est tout fait possible, j'ai dj eu l'occasion de le faire, seul ou avec d'autres conteurs. On demande au public une premire et une dernire phrase, et on tisse la trame partir de a. C'est un exercice agrable, qui cre un lien diffrent avec le public (il a particip l'histoire, nous a savonn la planche et se demande comment on va s'en sortir, et il vit avec nous la cration de l'histoire) et c'est un trs bon moyen de terminer certains types de spectacles.

Improvisateur, cela ne s'improvise pas (sic) et il y a effectivement des exercices pratiquer si l'on veut pouvoir s'en sortir sans dgt.

Ce n'est pas si avant-gardiste ni "subversif" que a en a l'air, Mike Burns (vrai conteur de tradition orale familiale, on ne peut pas lui reprocher d'avoir t "pollu" par les abus "spectaculaires" du renouveau du conte, qu'il a vu natre) pratique souvent cet exercice, depuis des dcennies. C'est donc manifestement une pratique tout fait tablie dans notre art. Par contre, je ne ferais pas un spectacle entier comme a, c'est sr.

En relisant cette file je vois qu'Ani a une vision un peu cloisonne des choses (le thtre d'improvisation ne mrite pas de s'appeler thtre, une histoire qui n'a pas subit les outrages et le polissage du temps ne mrite pas de s'appeler conte, Myriam Pellicane n'est pas une conteuse, etc.), c'est excessif je trouve, mais c'est videmment un point de vue respectable.

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: Conte improvis
Envoy par: Farfadet (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 30 janvier 2014 17:35:03

L'improvisateur que je suis se sent vraiment oblig de rpondre ce sujet (je suis improvisateur avec la Licur de Bordeaux, cre jadis par Pierre Martineau)

Je suis choqu (mais comme toujours ce "clich" existe malheureusement encore) par les propos de Ani Boquillon dans ce dbat sur l'improvisation thtrale. je cite en vrac tout ce que j'ai not avant d'y rpondre :

" "Thtre d'improvisation"..? Moi, je n'appelle pas a du thtre, sans aucunement mdire de la valeur et des qualits des comdiens qui se soumettent ce genre d'exercice: c'est trs fort, comme travail, mais a n'a pas grand-chose voir avec le "thtre" proprement dit... En gnral, c'est class sous l'tiquette "match" plutt que "spectacle de thtre". On appelle a un "spectacle" si on veut, mais c'est du "divertissement" (l' "entertainment" des Amricains) plutt que du "thtre" au sens propre. (En plus, mme si tu peux ficeler une histoire qui tient debout, a ne va pas chercher bien haut au niveau littraire et intellectuel, si je puis me permettre.) "

Je suis vraiment choqu. C'est mconnatre totalement la dmarche artistique du concept de " Thtre dImprovisation " , mconnatre et (presque je ne veux fcher personne) insult le travail de Robert Gravel la LNI depuis 1977, de Pierre Martineau et d'autres en France, en Belgique, Suisse depuis ...

Je joue avec des gens qui sont professionnels de l'Improvisation Thtrale, autant qu'avec des amateurs, et le travail sur la qualit du jeu, de la construction d'histoires et des motions est majeure, et ici souvent gage de qualit. Au point que souvent, quelque soit le format dvelopp (pices improvises : deus ex machinade 45 minutes x 2 ; ou 7 suivre pour une srie improvise : 7 suivre. Ou match avec parfois des impros de 20 min) les spectateurs ne peuvent que difficilement distingu dans la qualit du Thtre dvelopp quelle diffrence existe en Thtre Texte et Thtre d'Improvisation.

Je pratique autant du " Thtre Texte " que du " Thtre d'Improvisation ", mais je suis toujours outre que certains sans connaissance de ces displinines pense que L'Improvisation Thtrale n'est pas du Thtre.

Je lis : " ne va pas chercher bien haut au niveau littraire et intellectuel, si je puis me permettre ", et a me peine. Il faut ne pas avoir beaucoup vu de reprsentations de Thtre d'Improvisation pour dire a...

Personnellement j'ai vu et jouer des improvisations la manire du thtre de Tchekhov, la manire de Molire, de Ionesco (presque mes prfrs ^^ ) la manire du cinma d'Audiard, et c'tait souvent des improvisations de 5 20 minutes touchantes, drles, profondes, au moins aussi belles que des prestations issus du Thtre texte. J'ai jou une 7 suivre (format d'une srie de 7 pisodes de 10 minutes totalement improviss le mme soir) qui a permis de construire un histoire autour de personnages intressants, drles et profonds, plus que digne de lappellation de spectacle de "Thtre".

OUI le Thtre d'improvisation c'est du Thtre ! Dsol si mes propos parraissent aggressifs, ce n'est pas mon intention bien sur, j'tais simplement trs pein de retrouver cet dconsidration, ce propos clich, dans les mots d'une conteuse ce propos, alors que tout conteur se rend bien compte dans le mme temps des raccourcis et clichs qui existent propos du Conte.

Je joins des liens de belles prestations improviss et un site (impro Bretagne) qui permettront peut-tre de dpasser ces clichs pour reconsidrer l'Improvisation Thtre et aussi le format Match d'Improvisation thtrale comme ce qu'ils sont quand bien jou, savoir du THEATRE !

Un conteur et improvisateur pein

Sur le site impro bretagne un article dveloppe comment improviser des conts :

[impro-bretagne.blogspot.fr]

liens youtube :

Histoire de pche la manire d'Ernest Hemingway :

[www.youtube.com]

Le pays imaginaire (Impro la manire de Jules Verne) :

[www.youtube.com]

Romance particulire (accompagnement musical) :

[www.youtube.com]

Voyage au fond de rien trs belle impro :

[www.youtube.com]

Et puis l'Encyclopdie que je met en forme en ce moment sur la discipline :

[improvisationtheatrale.jimdo.com]




Farfadet malicieux, fac



Modifi 1 fois. Dernire modification le 30/01/14 17:53 par Farfadet.

Re: Conte improvis
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 30 janvier 2014 21:29:27

Oui, je suis bien d'accord avec toi Farfadet. Ani fait preuve de pas mal de mpris pour une forme artistique qu'elle ne connat manifestement pas. C'est d'autant plus dommage de la part d'une conteuse qui a dj du entendre que le conte, ce n'est pas vraiment un art, pas un mtier, moins bien que le thtre, etc.

C'est dommage, et a ne lui ressemble pas trop. Ses interventions sont habituellement beaucoup plus modres, pertinentes et argumentes (mme si je ne partage pas du tout son avis sur le travail de Myriam Pellicane).

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: Conte improvis
Envoy par: Farfadet (Adresse IP journalise)
Date: sam. 1 fvrier 2014 18:19:08

Aprs je reconnais ne pas vouloir du tout "affronter" Ani mais bien lui apporter des lments pour reconsidrer la chose smiling smiley

Au plaisir de vous lire, un mal pour un bien cel aura au moins permis (pour ma part ) d'essayer de rtablir la rputation d'une discipline thtrale qui le mrite vraiment smiling smiley




Farfadet malicieux, fac

Re: Conte improvis
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 6 fvrier 2014 23:22:28

propos de spectacle de contes 100% improvis, pour revenir la thmatique initiale, il y a "la taverne Mnchausen" :

"Le Baron Mnchausen tait un mythomane notoire, au 18me sicle, connu pour ses rcits fantasques lors de soires dans le grand monde. Lide est donc de runir autour dune table des personnages capables de conter des exploits partir dun thme tir au hasard, sous loeil dun ecclsiastique faisant office darbitre et de matre de jeu.

Les autres mythomanes autour de la table sont l pour conter ou enrichir son histoire.

Chaque histoire est rcompense par des pices dor, en plus de celles gagnes pendant chaque conte. Le vainqueur et celui qui a le mieux captiv lauditoire, et qui possde le plus de pices dor."

[www.femmesabarbe.com]

Certes, il y a un peu de thtralit dans ces spectacles, mais quelle affiche ! Jeanne Ferron, Ppito Mato, Didier Kowarsky, Yannick Jaulin...

Il y avait aussi des concours de menteries il y a quelques annes, mais je ne sais pas si a se fait encore.

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: Conte improvis
Envoy par: contes-et-merveilles (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 6 fvrier 2014 23:24:43

prochaine "joute de contes" : 1er mars, Saint-Malo, dans le cadre des "gallseries"

Jean-Pierre MATHIAS
conteur professionnel de Haute-Bretagne
site: [www.contes-et-merveilles.com]

Re: Conte improvis
Envoy par: manuella yapas (Adresse IP journalise)
Date: ven. 7 fvrier 2014 00:10:29

@Sacado : J'avais vu des photos de "la taverne Mnchausen" il y a quelques mois sur un rseau social bien connu, elles donnaient sacrment envie d'assister une soire de total dlire avec tous ce fous savamment costums. Malheureusement, les meilleures choses sont toujours trop loin.

@Jean-Pierre : comme je viens de le dire, les meilleures choses sont toujours trop loin. Un jour, j'espre...

[www.manuellayapas.fr]

Re: Conte improvis
Envoy par: pipad (Adresse IP journalise)
Date: ven. 7 fvrier 2014 12:36:56

allez j'y vais de mon petit commentaire....

j'ai moi-mme pratiqu le thatre d'improvisation pendant plus de 10 ans, et c'est par l'impro que je me suis interess au conte.

L'impro demande normement de travail et souvent les troupes font appel d'autres formes artistiques pour progresser. C'est ainsi, que j'ai dcouvert l'univers du conte, par la venue d'une conteuse lors de nos sances de travail hebdomadaires, venue nous faire progresser sur la construction d'histoire et la trame narrative.

Et j'avoue que c'est cette occasion que j'ai dcouvert que le conte n'etait pas que pour les enfants et qu'il n'y avait pas que des histoires de pauvres filles qui rvent de devenir princesses...( les clichs ont la vie dure pour le conte comme pour l'impro).

Ce qui me frustre avec l'impro mais qui en fait aussi sa force c'est la fugacit des impros... ce qui fait que parfois le lendemain d'un spectacle je n'avais plus aucun souvenir des histoires joues la veille... Aujourd'hui, je dois me souvenir d'une poigne d'impros mais qui m'ont plus marques par le moment partag sur scne que par la trame de l'histoire en elle-mme.

Finalement j'ai trouv mon bonheur dans le conte : on garde une trame d'histoire mais on l'on peut tout se permettre autour de cette trame comme on le fait en impro. Aussi lorsque je travaille un conte, je fais en sorte de n'en retenir que la trame narrative, les diffrentes squences, et suivant les moments, mon humeur ou le public, le conte peut prendre des couleurs et saveurs diffrentes grce l'improvisation que j'y mets autour.

Donc oui : conte et impro font bon mnage et sont deux disciplines artistiques et thtrales part entire n'en dplaisent aux thtreux classiques....

Et puis l'avantage de l'oral ce qu'on ne fait une faute d'orthographe par mot... dsol !

Re: Conte improvis
Envoy par: Ezekiel R (Adresse IP journalise)
Date: mer. 1 avril 2015 18:59:26

Bonjour ! Je trouve que limprovisation apporte une touche personnelle une histoire. Sur le portail pour enfants [blog.badabim.fr], il y a des ides intressantes pour personnaliser des contes populaires. Jai dj essay avec quelques lgendes comme celles dUlysse : [www.mythologie.ca], que je raconte mes petits. Si le cinma utilise cette mthode avec des films comme Hansel &Gretel: Witch Hunters(senscritique.com), pourquoi pas nous ?

Re: Conte improvis
Envoy par: (Adresse IP journalise)
Date: mer. 1 avril 2015 21:43:18

Bonjour, intressant dbat ! Je dirai deux choses :
en connaissant les trames et fonctionnements des contes merveilleux, le hros, les vnements et tout le tralala, on doit pouvoir aisment en inventer d'autres, pourquoi pas sur le pouce et au dbott, une histoire phmre, et alors ? (c'est ce qu'on fait en atelier d'criture de contes, non ? En plus travaill, certes, mais on invente)
deuximement : vous avez envie d'essayer ? Allez y et rgalez-vous.
(j'improvise beaucoup dans mes histoires, et c'est l que je me rgale, mais je ne suis qu'une raconteuse...)

Re: Conte improvis
Envoy par: philsizaire (Adresse IP journalise)
Date: lun. 2 mai 2016 13:18:48

Bonjour ...
Je suis un peu lass de certaines rflexions, et de l'nergie perdue dans ces dbats.
"Et s'il veut du conte [le public], il cherchera "conte". Et s'il se trouve devant quelqu'un qui lui sert un truc o il ne se retrouve pas, il dira "c'est pas du conte" "
Si je peux me permettre ... c'est une remarque de conteur (de conteuse, ici).
J'aime jouer / conter pour des publics qui ne connaissent pas le conte ...
Des publics qui juste reoivent.
Aiment.
Sans se poser cette question : "c'est du conte". Ce "du" aussi, c'est du camembert, c'est du conte ...
Ma question est : est-ce que c'est bon ?
Est-ce que j'aime ?
Est-ce que c'est juste ?
Est-ce que a me touche ?
Le "conte" va de la fable au mythe, de l'pope la blague.
Dans certaines culture sil est trs ritualis.
Dans d'autres trs libre.
Je doute que les esclaves noirs-amricains qui ont transform les contes d'Europe et d'Afrique, les ont racont pendant deux ou trois sicles, et surtout s'en sont servi pour trouver une libert intrieure pralable la libration physique, se soient pos la question en transformant les rcits "est-ce que ce que je fais de cette histoire, c'est du conte ?"
Pour moi c'est typiquement une discussion "de salon".
Faisons vivre le conte, librement.
Respectons-le, mais je ne sais plus qui disait : "il faut se faire d'un conte l'ide fausse qui nous est vraie."




Modifi 1 fois. Dernire modification le 02/05/16 13:19 par philsizaire.

Aller la Page:  12Suivant
Page courante:1 parmi 2


Dsol, seuls les utilisateurs enregistrs peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.