Débats d'idées : Forum de Conteur.com
Pour défaire et refaire le monde
Aller la Page:  Page prcdente12
Page courante:2 parmi 2
Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: dim. 24 juin 2012 15:47:09

Personnellement, dans ce livre j'aime beaucoup la prface de Ben Haggarty. Notamment ce passage qui donne une ide du chemin qu'il reste faire, mme aux meilleurs conteurs actuels sous nos latitudes :


"""Nous avons pos des questions Sref au sujet de la formation des ashiks. La tradition se transmet dans le cadre dun apprentissage qui dure environ sept ans. Le matre choisit ses apprentis parmi les candidats intresss, selon son bon vouloir. La premire anne, on montre lapprenti comment tenir correctement son instrument. La deuxime anne, on lui apprend en jouer. Ce nest quaprs avoir pass deux ans apprendre les cent vingt mlodies de base sur lequel se fonde le systme dimprovisation quon lui permet daborder les rcits et les chansons. un certain moment, de cinq sept ans aprs le dbut de lapprentissage, le matre embrasse dlicatement lapprenti sur lpaule, pour lui signifier que sa formation est termine et quil peut
maintenant commencer gagner sa vie. En change de ces longues annes de formation, tout ce que llve donne son matre est un rouleau de tissu que ce dernier taillera pour en faire un nouveau costume de scne Il ny a aucun change pcuniaire. On peut comprendre que le matre choisisse son lve avec beaucoup de soin : son investissement ne produit de dividendes quau profit de lart et de la tradition.

Voil qui donne une ide de la rigueur avec laquelle une tradition professionnelle vivante se protge contre toute altration. Il nexiste plus aucune tradition en Occident qui ressemble, mme de loin, un tel modle et cela, depuis plusieurs sicles, sans doute.

Peut-on nanmoins trouver une filiation entre la tradition professionnelle et la renaissance actuelle du conte ?

En apparence, il existe des possibilits de prestations professionnelles. La cour est remplace par la commande : on prsente des rcits dans des lieux historiques, des muses, des coles, des foires. Les spectacles payants prsents dans les maisons de la cculture, les festivals de littrature, etc., qui sont ouverts tous, tiennent lieu de march.

Mais soyons srieux. Ce sont l des similitudes bien superficielles. Les conteurs professionnels issus des traditions vivantes sont capables dune virtuosit technique extraordinaire. Jai assist des concours dashiks o les concurrents improvisaient des pomes la versification impeccable sur des sujets lancs par lauditoire en serrant des aiguilles repriser entre les lvres, pour limiter le choix de vocabulaire ! Jai entendu un pangyriste gujerati nergiser consciemment sa voix, chakra par chakra, mesure que sintensifiait la tension du rcit. Jai observ un manastchi kirghiz entrer en communication avec les esprits qui dcident ce quil doit chanter. Jai regard une chanteuse pandvani de seize ans guider trois mille villageois dans les tours et les dtours piques du Mahabharata, dont elle improvisait la rcitation chante. Jai vu une Chinoise battre au tambour un rythme qui empche lesprit de sgarer. Jai entendu la kora dun griot mandingue faire apparatre les armures scintillantes dune lointaine arme. Jai entendu la femme dun conteur de lpope de Pabuji, au Rajasthan, scander un long rcitatif pour chasser la strilit et stimuler la fertilit, en faisant apparatre grce sa lampe lhuile les dtails secrets dun rouleau peint sous les toiles du dsert technique qui remonte peut-tre aux peintures des grottes de Lascaux

Nous ne possdons absolument aucune technique et aucune connaissance comparables.

Nous navons aucun matre vivant.

Ceux qui, dans les socits postindustrielles, veulent mriter le titre de conteurs professionnels doivent tout redcouvrir ou rinventer."""

C'est lire, vraiment. Et pour ceux qui n'ont pas le livre sou les yeux, le texte est en ligne sur le site du Regroupement du Conte au Qubec : [www.conte-quebec.com] .

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: dim. 24 juin 2012 16:18:36

Manu Ecrivait:
-------------------------------------------------------
> Je ne suis pas assez avance dans le bouquin pour
> en parler autant, puisque je n'en suis qu'au
> premier propos. Toujours est-il que je n'ai pas
> compris ce 1er propos qui me semble "tacler" les
> nouveaux arrivants conteurs.
> a me rappelle une conteuse qui avait dit qu'un
> groupe de conteurs professionnels installs et en
> qute de perfectionnement au travers d'un atelier
> rgulier: "Oh, il me semble que le niveau n'est
> pas aussi bon que de mon temps."
> Ben voyons!

C'est le texte de Ben Haggarty justement qui te faire dire a Manu ? Bizarre, moi je ne l'ai pas compris comme a, j'ai plutt cru comprendre qu'il englobait tout le monde dans ses critiques, y compris les artistes du renouveau qui pour lui, n'ont fait qu'impulser un mouvement, mais que l'essentiel (cf ci-dessus) reste faire ; si j'ai bien compris, si l'on en reste l, si l'on en reste l'hritage des premiers no-conteurs, le mouvement s'touffera de lui-mme.

Quand aux "de mon temps c'tait mieux" et autres prisonniers du pass, c'est bien dommage pour eux... Et pour un artiste, c'est le signe qu'il est temps de passer autre chose : on croit avoir fait le tour de son art, en tre le summum, avoir atteint une fin que jamais plus personne n'atteindra... Alors, quoi bon continuer ? winking smiley

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Hlne Loup (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 11:45:01

Voici un chantillon des discussions que nous avons dans la commission de "L'art du conte". Mais nous sommes en train de plonger au plus profond pour retrouver ce qui est universel. Avec la prsence d'artistes trs divers, aux pratiques trs diverses. Et c'est passionnant.

Merci de ton lien, Fabien. Dcidemment, j'adore ce forum !



H

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Ani Boquillon (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 14:09:11

Citation:
Fabien a dit : si j'ai bien compris, si l'on en reste l, si l'on en reste l'hritage des premiers no-conteurs, le mouvement s'touffera de lui-mme.

Ce n'est pas le mouvement qui s'touffe(ra?) de lui-mme, ce sont les structures culturelles et socioculturelles qui l'touffent, par leur volont de toujours "faire du nouveau".
On veut de la paillette, du thtral, du spectaculaire; et l'hritage, le "patrimoine", la transmission, on s'en contrebalance. Si on invite le fameux pangyriste gujerati [ nergisant ] consciemment sa voix, chakra par chakra, mesure que sintensifiait la tension du rcit., ce sera pour jeter de la poudre aux yeux du public et rcuprer une ligne de budget supplmentaire du ministre de la Culture ou autre. Et ce sera ce qu'en presse on appelle un "one shot". Un vnement unique, pour rveiller l'intrt du public pour la structure, mais en aucun cas pour montrer l'importance de cette transmission qui, sauf le respect que je peux avoir pour Ben Haggarty, existe toujours en occident, mme si les formes en ont totalement (?) chang, pour la raison que nos socits ont chang plus rapidement que les socits dites "traditionnelles". Ce genre de pratiques (celles que cite Haggarty) existaient chez nous, par exemple, l'poque des Gaulois. Entre nous soit dit, la religion n'est pas pour un peu dans leur disparition, et c'est le cas pour TOUTES les religions "du Livre", c'est dire le monothisme. Doit-on signaler au "grand public" ce genre de "dtails" grinning smiley
Si, il existe toujours des gens qui ont "quelque chose" transmettre, mais si on les empche de vivre de leur art, il y a effectivement quelques "petites" choses qui disparaissent
Excusez-moi pour ce mouvement d'agacement smiling smiley

*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Manu (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 15:01:32

Non non Fabien, ce que j'ai entendu, c'tait au cours d'une formation.
Comme j'tais reste un peu sur une drle d'impression, je me suis plonge dans ce qu' crit Jihad Darwiche et l, c'est du petit lait.

Emmanuelle Lieby sur [emmanuellelieby-conteuse.fr]

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Hlne Loup (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 23:27:03

Je viens de lire le texte de Ben Haggarty. Des choses intressantes, notamment la distinction entre conteurs traditionnels et conteurs professionnels. Mais d'autres qui me gnent, et beaucoup. En vrac :
- Il semble compltement ignorer le travail de la chercheuse Maria Patrini propos des nouveaux conteurs franais, qui a notamment interview nos institutionnels cits dans son article.
- Il mle dans les professionnels les conteurs de march et ceux des grands rcits mythologiques. Les conteurs des grands rcits, qui servaient chez les seigneurs et les rois, subissaient en effet une longue formation. Pas ncessairement les conteurs de march.
- Il parat souhaiter ce genre de formation unique. Risque de formatisations et pire, de monopole de la formation.
- Il hirarchise les contes et les rcits, mettant au sommet les grands mythes. Certes, ces oeuvres sont belles, fortes, admirables, des chefs d'oeuvre. mais il me parat dangereux et absurde de hirarchiser les contes. Exemple : En thtre, qu'est-ce qui est suprieur, la tragdie ou la comdie, la comedia del arte, ou le No, une pice en un acte ou en cinq ?
- Il semble ignorer que dans certaines traditions comme l'Inde, ces conteurs longuement forms pour dire des textes traditionnels disaient par coeur et n'avaient aucun droit de changer un mot, une intonation.
- Il ne cite que trois conteurs franais, tous trois institutionnels.
- Il semble souhaiter une cole de conteurs. Mais il oublie que nos institutionnels en France viennent, pour la plupart, du thtre.
- Il souhaite qu'il y ait un vocabulaire qui permette d'valuer la qualit des conteurs. Cela me parat dangereux : combien d'crivains qui ont t rejets par leurs "valuateurs" diteurs, se sont rvls tre de grands artistes.

Ce sont les premires rflexions qui me viennent.


H

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: manu67 (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 23:43:43

salut
de toutes faon il est interdit d'interdire .
bonne soire
Makan

*****

"parce que nous sommes tous des enfant perdus dans la for

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Hlne Loup (Adresse IP journalise)
Date: lun. 25 juin 2012 23:50:35

Post soixante-huitarde, va ! Mais en l'occurence je suis d'accord !

H

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Ani Boquillon (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 00:08:48

manu67 Ecrivait:
-------------------------------------------------------
Citation:
Je ne crois pas aux rgles tablies et aux leons toutes faites. La rponse, je pense, est en chacun de nous et nous n'avons pas forcment toute la mme. ()
> de toutes faon il est interdit d'interdire .
> bonne soire
> Makan


smiling smiley

*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Hlne Loup (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 10:32:43

Non seulement je n'y crois pas, mais je m'en mfie. Je me mfie de ceux qui pensent dtenir la vrit. C'est le premier pas vers une prise de pouvoir autoritaire. Et a, j'ai vu, nous avons tous vu.


H

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: manu67 (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 11:32:44

salut Hlne
il y a deux jours on m'a dit que c'tait la fin des humanistes et des idalistes , et qu'il fallait que je me fasse une raison .
j'ai rpondu qu'il n'y avait rien de pire que le formatage et l'uniformisation.
Alors soixante-huitarde peut-tre mais j'avais 8 ans l'poque ,cependant on allait couter en cachette, la radio du pre d'un copain qui tait flic . on avait des infos de premire main c'est sur . Alors qu'il reste quelque chose c'est normal non?
pour en revenir au sujet, je n'ai pas lu ce passage ,pas encore , comme je le disais je lis par petit bout .Pour ma part, je ne classe pas dans des petites cases, le meilleur conteur reste celui qui me fait rver , rflchir ,touch du doigt l'essentiel de la vie et de l'tre humain ,pour cela la qualit essentielle c'est avoir de la sensibilit . La technique cela s'apprend ,la sensibilit non, cela se ressent .Mon ide c'est dans chacun de nous, il y a cette petite chose qui remonte l'enfance , cette petite lumire sans entrave et qui est propre chacun de nous et qui s'appelle libert d'tre . Le reste c'est un peu de la littrature , intressant , instructif mais tellement technique que parfois elle tue la spontanit . j'en prend et j'en laisse .
bonne journe
Makan

*****

"parce que nous sommes tous des enfant perdus dans la for

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 18:26:55

Bon, pour rpondre Ani et Hlne : il ne faut pas perdre de vue que, d'une part, Haggarty est anglais (et donne donc une vision locale du monde de la culture et de la tradition orale), d'autre part, ce texte doit dater facilement d'une bonne dizaine d'annes. a peut expliquer certaines approximations et oublis.

Globalement, ce que vous dites est assez vrai, et le texte n'est pas non plus prendre au pied de la lettre (je n'aime pas non plus cette supriorit peine sous-entendue des rcits piques sur les histoires du bas-peuple), c'est avant tout une piste de rflexion, comme tous les autres chapitres du livre.

Notamment, ce qui est bien avec ce bouquin, c'est qu'on peut prendre deux chapitres, les mettre en perspective et se rendre compte que les deux auteurs s'opposent sur pas mal de chose ; a force rflchir par soi-mme sur des questions qu'on ne s'tait pas forcment pos. En l'occurrence, ce passage est comparer au texte de Robert Bouthillier, pour qui la rfrence indpassable, le modle absolu, c'est le conteur qubcois de veille qui pratiquait au cours de la seconde moiti du XX sicle. En-dehors de a, point de salut ! Les autres sont des imposteurs et ne mritent pas le titre de conteur.

Pourquoi pas, il a raison sur certains points, et on n'arrte pas de le rappeler, il faut se mfier des mariages parfois dangereux avec les outils et les pratiques thtrales qui dnaturent l'art du conte et le font passer pour un sous-genre du thtre, une "petite forme thtrale" comme disent certains, quelque chose qu'on programme faute de mieux quand les budgets sont au rabais.

Et pourtant, il est possible de faire autrement, diffremment, sans trahir l'art de la narration, bien au contraire, et les exemples d'Haggarty sont l pour le rappeler. Et d'un autre ct, on ne peut plus faire comme " l'poque", puisque les pratiques de formation ont chang, les contextes sociaux aussi, les moyens techniques galement (ne serait-ce qu'au niveau de l'accompagnement musical). Alors on fait quoi ? Je n'ai pas la rponse, beaucoup la cherchent, et c'est heureux, parce qu'on risquerait de passer ct de quelque chose d'essentiel.

Peut-tre qu'un jour, comme il y a plusieurs genres et formes thtrales (voir la liste d'Hlne justement), comme il y a plusieurs genres musicaux, il y aura plusieurs genres d'"arts du rcit" ? Avec tel festival ddi au conte humoristique en grande salle, tel autre vnement ddi aux rcits de vie flamboyants, quasi-piques, chez l'habitant, tel autre aux histoires grivoises changes dans des troquets la capacit limite, et une multitude d'vnments localiss, aux formes extrmement diversifies ? Ce serait le signe que le mouvement initi par les conteurs du renouveau est arriv maturit. Et je suis optimiste, je crois qu'on y va, petit petit...

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: fabien.delorme (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 18:29:09

Et je crois aussi que cet explosion des formes serait un pas de plus vers la libert artistique.

Fabien Delorme
[www.fabiendelorme.fr]

Re: L'art du conte en dix leons
Envoy par: Hlne Loup (Adresse IP journalise)
Date: mar. 26 juin 2012 23:47:12

L, je te suis compltement Fabien. Oui, pour le moment, ce que tu dcris dans ton dernier paragraphe, c'est la perspective la plus intressante, la vision qui permet d'avancer. Bises pour a !

Et comme toi, Makan, je pense que cette "petite lumire" est l'essentiel. La technique est utile. Elle peut tourner au jeu. Mais elle ne remplacera jamais la sensibilit.

Et je retiens le fait : il y a plusieurs opinions dans l'ouvrage, ventuellement contradictoires. Ca, a m'intresse. Mais je n'ai pas encore eu le temps de le commander.

Et pour 68, moi, j'y tais sur les barricades ! Mais j'tais dj maman d'une fille de 4 ans, alors j'ai tout de mme pris la fuite avant l'assaut ! Je courais trs vite alors, et ce fut fort utile !

H

Aller la Page:  Page prcdente12
Page courante:2 parmi 2


Dsol, seuls les utilisateurs enregistrs peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.