Débats d'idées : Forum de Conteur.com
Pour défaire et refaire le monde
En fait, je cherchais...
Envoy par: Ani Boquillon (Adresse IP journalise)
Date: sam. 20 mars 2021 22:49:32

Oui, donc, en fait je cherchais si c'était sur ce forum que le texte qui suit avait été publié.
Il date probablement de 2006 ou 2007. Pourquoi je ne peux pas dater exactement ? Parce que j'ai changé d'ordinateur vers 2010, qu'un tas de documents en sont devenus "obsolètes" et nécessitant un transfert de logiciel, et que j'en ai récupéré certains sans m'apercevoir que la traduction était datée du jour de... la traduction, et non de son enregistrement d'origine.
Etant donné mon état d'esprit à l'époque, il me semble assez probable que j'en sois l'auteur, mais j'avoue que quand je suis tombée dessus, je me suis posé des questions : ça a l'air d'être une réponse à une discussion en cours.
Mais il est fort possible qu'il s'agisse d'un autre forum winking smiley
Voici donc.
Citation:

Pour en revenir à la vérité des contes, il faut rejeter le premier degré comme on rejette la peau du saucisson.
Au deuxième degré, on pourrait croire que ça va mieux, mais non. Sitôt le saucisson pelé, l'ex-deuxième degré s'empresse de devenir un premier degré, une deuxième peau à peler si l'on ne veut pas se contenter de vérité de seconde zone.
Au troisième degré, c'est comme au deuxième.
Au nième degré, c'est comme au nième degré moins un, pour les matheux.
Pour les littéraires, contentons-nous d'admettre qu'il arrive fatalement un moment où il n'y a plus du tout de saucisson. Rien. Le vide, le néant, l'absence. Nous avons enfin atteint la vérité la plus profonde !

Proposition de prise de tête… bis!

Je ne rejette pas le premier degré : il y a déjà là une vérité.
Au 2e degré, il y a une autre vérité, différente, mais aussi vraie que la première.
Au 3e degré, une nouvelle vérité s'ajoute aux deux autres.
Au nième degré, il y a toujours une nouvelle vérité qui se déploie à notre cerveau curieux et à nos sens aiguisés.
Et si on arrive au bout du bout, si on s'obstine à avancer encore, il y a là un trésor qui amène sur nos lèvres, dans notre cœur et dans notre cerveau, un simple SOURIRE… et qui nous aidera à marcher sur notre chemin.
Pour moi, le conte, c'est comme un artichaut : toutes les feuilles donnent quelque chose à manger, et après cette course laborieuse, il y a le cœur où il faut encore retirer le foin, mais après… c'est le meilleur ! (^o^)
Bonne route à vous!

Et pourquoi donc ressors-je (!) ce morceau d'anthologie sur la "vérité" ?
Parce que récemment un camarade de jardinage (rien à voir avec le conte !) m'a allumée sur "la vérité" que je m'étais permis d'opposer, relativement, à "la réalité".
Cela dit, ce petit texte m'a bien fait rire, et je me propose de l'utiliser (sauf si un autre auteur m'oppose qu'en fait la 1ère partie était sa propre prose, mais je suis au moins sûre d'être celui de la 2ème partie ! tongue sticking out smiley ) quand j'aurai à nouveau la possibilité de capter l'attention d'un auditoire... winking smiley


*******
Ani Boquillon * conteuse * (entre autre : détails sur demande !) tongue sticking out smiley

Re: En fait, je cherchais...
Envoy par: mathilde pommier (Adresse IP journalise)
Date: lun. 29 mars 2021 12:37:09

J'adore ce petit texte. Il est si vrai ! Je le retiens.

Hélène Loup



Dsol, seuls les utilisateurs enregistrs peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.