Contes : Forum de Conteur.com
Vous cherchez un conte ? Vous voulez proposer une histoire ou discuter d'une interprétation ?
S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: Le beau Léon (Adresse IP journalisée)
Date: Tue 20 September 2011 10:33:44

Bonjour à tous.

Pour inaugurer cette nouvelle rubrique je vous offre un texte que j'ai écrit l'année dernière pour rendre hommage à une de mes passions; la détection de loisir [détecteur à métaux] Bonne lecture ^.^

Amitiés



S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.


A une vingtaine de kilomètres du Puy en Velay, Christophe, détectoriste depuis plusieurs années, est en train de poêler dans une pâture au milieu de nulle part, au bout d’un chemin oublié de tous.
Malgré ce mois de Novembre bien entamé l’après-midi est douce, ensoleillée. Ce qui est du goût de Ramsès, le fidèle compagnon canin de Christophe. La truffe collée au sol il piste sans relâche la moindre odeur d’un animal qui serait passé par là.

Occupé à flairer les traces de divers gibiers il est alors tout étonné de voir débouler un autre chien qui vient lui faire la fête. Laissant là les deux chiens se dire bonjour Christophe tourne la tête vers le chemin d’arrivée à la pâture et y voit une jolie petite tête blonde venir à lui.

- Bonjour Monsieur, c’est ma chienne. Elle n’est pas méchante.

- Tant mieux, le mien est tout aussi gentil.

L’enfant, âgé d’une douzaine d’années, est maintenant à la hauteur de l’homme et lui montrant du doigt la drôle de canne que ce dernier tient à la main lui demande : « C’est quoi ? »

- C’est un détecteur à métaux bonhomme.

Christophe redoute un peu la question qui va venir, c’est toujours la même pense t-il ; « Vous cherchez un trésor, de l’or? » Mais pas cette fois. Non. Le garçon demande gentiment et d’un air candide :

- Et ça vous sert à quoi de chercher des trucs dans la terre ?

Au loin les croassements d’un envol de corbeaux se font entendre.

- Dis-moi jeune homme, si cela t’intéresse de savoir et que tu as un peu de temps, je t’explique tout ça. Oui? Parfait. Allons-nous asseoir sur ces rochers là-bas.
Une fois assis Christophe demande :

- je suppose que tu viens du village un peu plus loin ? Le garçon hoche la tête. Je m’en doutais et pourtant tu es venu jusqu’ici pour promener ta chienne. Tu aurais très bien pu te contenter de rester dans le village. J’en déduis que tu aimes te balader dans les champs et les bois. Ce qui nous fait un point commun. J’apprécie, moi aussi d’être au contact de la nature et ces décors du Massif Central sont vraiment magnifiques.

Le petit garçon écoute poliment. L’homme continu :
- Voilà d’abord ce que l’on trouve le plus souvent avec un détecteur

Tout en parlant il lui montre un petit seau vert dans lequel se trouve pêle-mêle des bouts d’alu, deux fers à bœuf, une cartouche de chasse, quelques bouts de métal et le reste de ce qui avait dû être un briquet tempête.
Le petit semble étonné et même émerveillé que l’on puisse trouver tant de choses dans le sol d’une simple pâture. Cela fait sourire Christophe qui ne dit plus rien à présent. Il sait très bien que la curiosité de l’enfant va l’amener à lui poser la légitime question.

- C’est tout Monsieur, vous n’avez trouvé que cela ?

- Bien sûr que non, lui répond-il. Je te gardai le meilleur pour la fin.

Christophe se lève, fouille dans la poche droite de son treillis et en ressort une petite poignée de pièces, de boutons divers et de balles de mousquet. Il tend le tout au gamin qui étale ce petit trésor dans sa main.

- Tu vois cette monnaie là ? Et bien c’est une 10 centimes Napoléon III de 1856, là ce sont 3 boutons dit de type vendéen. La petit pièce avec presque plus de relief c’est un Liard de France de Louis XIV, c’était la petite monnaie de l’époque. Les deux billes ici ce sont des balles de mousquet, l’ancêtre du fusil d’aujourd’hui. Et la pièce toute légère là c’est une 2 Francs en alu de 1944, c’était la seconde guerre mondiale.

Le jeune garçon est totalement absorbé par les explications et la vision de ces petits objets du passé. Notre ami détectoriste, qui se retrouve un peu dans le rôle d’un professeur, continue sa leçon.

- Voilà un aspect de la détection, mais il y en a un autre quand on ressort de terre ces petites babioles. C’est l’histoire ou les histoires qu’elles ont à raconter.

En fait, hier je suis déjà venu ici et j’ai trouvé ces deux petites choses …
Joignant le geste à la parole Christophe sort d’une autre poche une petite monnaie d’argent toute cabossée et une médaille religieuse en alu. Mettant la monnaie entre son pouce et l’index il continue :

- … pas bien belle celle-là, n’est-ce pas ? Elle n’a pas dû apprécier d’être retournée par les engins agricoles. Mais moi elle m’a donné le sourire de suite. Tiens, regardes-là de plus près.

L’enfant s’exécute et scrute la pièce sans bien trop comprendre ce qu’il y voit. Christophe poursuit :

- Ce symbole là, la sorte de blason avec 3 fleurs de lys, c’est l’écu de France et si tu regardes bien il y a 3 couronnes autour de celui-ci.

- Ha oui, je les vois ! s’exclame l’enfant.

- Parce que j’ai un peu l’habitude, j’ai su en la regardant que c’était une monnaie royale. Mais il a fallu attendre que je rentre chez moi pour savoir de quel roi exactement. Si tu la regardes de l’autre côté tu verras une croix et en bordure de la pièce, là, les lettres ARO. Il y en avait bien plus des lettres avant, mais le temps a presque tout effacé.

Tout d’un coup le détectoriste demande au jeune garçon :

- Sais-tu comment on dit Charles en latin ?
Le gamin un peu perdu répond doucement :
- heu … non.
- Et bien cela se dit KAROLUS, et Christophe énumère une à une les lettres K.A.R.O.L.U.S. appuyant particulièrement sur les lettres A.R.O pendant que son doigt les montre sur la monnaie.

Le garçon très intéressé par tout ça dit alors :

- Ca veut dire qu’il était marqué KAROLUS sur la pièce ?

- Tu as tout compris. Et donc, on peut en déduire sans risque de se tromper que cette monnaie fut frappée, ça veut dire fabriquée précise Christophe, pour un roi Charles quelque chose. Et c’est en cherchant sur internet que j’ai fini par apprendre que cette pièce est un Blanc à la couronne de Charles VII le victorieux. Tu connais toi le roi Charles VII? demande t-il.

- Non, répond tout simplement le garçon.

- Et bien pour être honnête, moi non plus je ne le connaissais pas.

Et l’homme n’en dit pas plus alors qu’il en sait mieux. Mais il prépare un petit effet à son jeune compagnon.
Jetant un regard aux deux chiens qui sont tout occupés à montrer aux animaux de la forêt qu’eux aussi sont passés par ici en levant la patte un peu partout, il reprend :
- Regardons maintenant cette petite médaille en aluminium.

La donnant à l’enfant il lui demande :

- Tu arrives à lire quelque chose dessus ? »
Le garçon prend la médaille, l’approche de son visage et tout en plissant un peu ses yeux commence à dire d’une voix un peu hésitante :

- NOTRE ….. DA-ME DU PUY ….. JU BI LE 1921
Christophe enchaîne de suite tout content, il faut bien l’avouer, d’étaler son savoir :

- En fait un Jubilé c’est comme un anniversaire. Sauf que là c’est un événement religieux qu’on fête. Figures-toi qu’en 992 un moine avait prédit la fin du monde pour le 25 mars de cette même année. Et les gens y croyaient. D’autant que ce Vendredi 25 Mars 992 était le jour de l’Annonciation et que le hasard du calendrier faisait que ce jour là était également le Vendredi Saint. Cela n’arrive que très rarement. Il n’y a pas eu de fin du monde comme tu t’en doutes bien, dit Christophe un sourire aux lèvres, par contre il y a eu un nombre incroyable de pèlerins venus prier dans la cathédrale du Puy en Velay. A tel point que le pape décida de commémorer cet événement par un jubilé chaque fois que l’Annonciation coïnciderait avec le Vendredi Saint. Ce qui n’arrive que 2 ou 3 fois par siècle ! Cette médaille est donc tout simplement un souvenir acheté par une personne qui a participé au jubilé du Puy en 1921 et qui par la suite l’a perdu dans cette pâture.

L’homme, que l’on sent passionné par ce qu’il raconte, poursuit :

- Mais le plus intéressant c’est de l’autre côté de la médaille que l’on va le découvrir. Vas-y, dis-moi ce que tu vois d’écrit dessus !
Comme les lettres sont encore moins visibles que sur la première face, le jeune garçon redouble d’effort pour décrypter les mots.

- Je crois lire : SAINTE … heu … JEANNE D’ARC …. PRI….EZ ….POUR …. VOUS. Non, se reprend de suite l’enfant, PRIEZ POUR NOUS. Après je lis : JUBILE 1429.

- Très bien, approuve Christophe. Je suppose que Jeanne d’Arc tu en as déjà entendu parler ?

- Oui, dit le petit avec toujours autant de courtoisie. C’est elle qui a battu les Anglais et libéré Orléans, puis elle fut capturée et brûlée vive sur un bûcher.

- Absolument et te rappelles-tu en quelle année elle a battu ces fameux Anglais ?

- Non, je ne sais pas.

- Et bien c’était en 1429 ! La même année que l’un des jubilés du Puy en Velay. Comme il est noté sur la médaille. Et devine qui est venu prier à la Cathédrale du Puy lors de cette fête ?
L’enfant fait une petite moue avec sa bouche qui signifie « je n’en sait rien du tout »

Christophe exulte :

- Et bien la mère de Jeanne d’Arc ! Accompagnée du roi de France qui n’était autre que, je te le donne en mille, Charles VII.

- Comme sur la monnaie que vous m’avez montrée avant, réagit l’enfant.

- Exactement ! Et tout à l’heure tu me demandais pourquoi je cherchais des trucs dans la terre. Et bien moi c’est ça que j’aime particulièrement, quand la petite histoire des objets retrouvés me raconte la grande Histoire. C’est quand même incroyable qu’hier j’ai pu déterrer 2 objets qui ont été perdu avec 500 ans d’écart et qui pourtant me racontent la vie de personnages qui se sont croisés et qui ont fréquenté des lieux que toi et moi connaissons bien. Et qui surtout ont fait l’Histoire de France.

Le jeune garçon et l’homme parleront encore un peu ensemble puis chacun s’en retournera chez lui. Non s’en s’être promis de se revoir, car bien sûr, le gamin aimerait bien essayer le détecteur. Comme il l’a dit à Christophe avant de rentrer chez lui :

- J’aime bien l’Histoire racontée comme ça.

Christophe – Nov. 2010



.

[color=blue]"j'ai r



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20/09/11 10:34 par Le beau Léon.

Re: S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: Chris-tine (Adresse IP journalisée)
Date: Tue 20 September 2011 10:51:10

Merci Beau Léon !

Re: S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: annie Brault-Théry (Adresse IP journalisée)
Date: Tue 20 September 2011 20:39:24

Sympa!

Re: S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: manu67 (Adresse IP journalisée)
Date: Wed 21 September 2011 09:49:45

salut beau Léon !
ton conte est magnifique et me montre un peu la voie pour ce que je suis entrain de faire ,C'est à dire : traduire des anecdotes en conte .J'ai constaté à quel point cela demandait de la distance par rapport au sujet . j'aime beaucoup la manière dont tu as effectué la chose . on sent qu'il y a une part de vécu là derrière ce que j'ai beaucoup de mal à faire comprendre à mes interlocuteurs qui me disent d'inventer . Or ce n'est pas ce que je cherche .Dans le tiens,on sent la part de vécu et c'est important .Une petite chose m'a beaucoup intriguée , c'est l'usage du future à la fin .J'aimerais que tu m'explique pourquoi tu l'as utilisé .Est-ce pour que ton histoire soit encore plus en prise avec le réelle ?Je ne connaissais pas le mot détectoriste , j'avoue que çà m'a intrigué dès le départ .En tout cas pour résumer ton histoire à ceci intéressant c'est qu'elle emmène l'air de rien le lecteur vers la fin et la surprise . j'aime beaucoup
bonne journée Manu67

*****

"parce que nous sommes tous des enfant perdus dans la for

Re: S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: Le beau Léon (Adresse IP journalisée)
Date: Wed 21 September 2011 11:24:14

Merci à tous pour vos commentaires.

Bien sûr Manu qu'il y a du vécu dans ce récit! Je suis moi même détectoriste ^.^ depuis bien des années et je voulais, par cette histoire, faire comprendre ce qui me plait dans cette passion.

Je n'ai pas vraiment de méthode d'écriture, je suis assez instinctif dans ce domaine. Par contre tu as mis le doigt sur l'un de mes grands défaut quand j'écris ==> la conjugaison ou plutôt la concordance des temps.
C'est une horreur, je bagare sans cesse avec ça.

Quant à l'utilisation du futur à la fin de mon histoire alors que je narre celle-ci à l'imparfait bin ..... c'est du beau Léon tout craché. ^.^

Chaque fois que j'écris une histoire je m'identifie aux personnages et du coup je vis si bien l'histoire que l'imparfait du texte devient "présent" dans ma tête et du coup j'ai dû me dire que tout ce qui est évênement à venir doit se dire au futur.

Concluons en disant que les puristes ou les élitistes de la conjugaison doivent avoir les poils qui s'hérissent en lisant ça, moi je vois cela comme une marque de fabrique. Hé hé.



.

[color=blue]"j'ai r

Re: S'il te plait Monsieur, dessine-moi un détectoriste.
Envoyé par: manu67 (Adresse IP journalisée)
Date: Wed 21 September 2011 14:19:18

salut beau Léon ,
ce n'est as une critique tu sais , juste une remarque . il faut toujours que je mette mes grands pieds dans le plat zut!!
je faisais juste cette remarque car elle donne une toute dimension à ton texte . il y a une approche plus instinctive c'est vrai , mais dans ce cas tu renoue avec la vieille tradition du conte qui veut qu'à la fin de ta conté tu utilise un phrase qui remet l'écoutant dans la réalité exemple :
"et maintenant que le conte est fini je vais voir si ma soupe est prête " c'est une phrase bateau entre autres .Personnellement je dit "qu'il faut rendre au vent l'histoire qu'il nous a donner " et puis que je vais repartir dans la forêt écouter d'autres d'histoires .
voilà . l'usage du future ne choque pas vraiment , mais donne une autre dimension . en tout cas une bonne marque de fabrique . il en faut une sinon nous serions des robots.
bonne journée à toi
Manu67

*****

"parce que nous sommes tous des enfant perdus dans la for



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.