Contes : Forum de Conteur.com
Vous cherchez un conte ? Vous voulez proposer une histoire ou discuter d'une interprétation ?
Je cherche un conte...
Envoy par: Mmcjg (Adresse IP journalise)
Date: ven. 22 septembre 2017 02:22:17

Bonsoir.
Pour une amie qui a beaucoup souffert dans sa vie affective, et peine à retrouver sa joie de vivre, je cherche un conte du type 'L'histoire de la princesse triste".
Quelqu'un aurait-il une proposition à faire dans ce sens ?
Merci d'avance pour toute suggestion.
Cordialement.

M. CHEVALIER, Grenoble

Re: Je cherche un conte...
Envoy par: mathilde pommier (Adresse IP journalise)
Date: lun. 9 octobre 2017 16:20:48

Je verrai "Le dragon marron". Vous le trouverai dans "Conter pour les petits", Hélène Loup, éd. Harmattan. Ce conte, qui, à première vue traite de la différence (et être malheureux dans sa vie affective peut être vécu comme une terrible différence, un échec), rappelle que, s'occuper des autres, est un bon moyen de dépasser sa souffrance, que "il ne "sert à rien de pleurer, il faut faire quelque chose", entre autres vérités.

J'éviterais, pour moi, de jouer sur la tristesse, la mélancolie ! C'est ce qu'ont fait, avec les meilleures intentions un de mes frères et ma belle-soeur après la mort de mon mari, mon compagnon de toute une vie. Ils ne m'aidaient qu'à plonger dans les larmes !
Les autres, famille et amis, m'encourageaient à avancer, faire des projets, et étaient là, accessibles, oreilles ouvertes, bisous aux lèvres, et pleins d'écoute pour les projets, les avancées, aussi petites soient-elles.

Il y a aussi tous les contes comme " Le roi des corbeaux " (Bladé - version de Belle et Bête), et le "Prince-monstre" (365 contes, le 1°, version à fin heureuse de Barbe-Bleue), où l'héroïne se bat pour survivre.

Re: Je cherche un conte...
Envoy par: HARVEGE (Adresse IP journalise)
Date: mar. 31 octobre 2017 19:16:46

Un conte que j'ai entendu chez monsieur Henri Gougaud

Une jeune femme reste inconsolable après la mort de sa mère. Les semaines, les mois et quelques années passent, mais rien n’arrive à calmer la douleur de cette perte. Elle pleure chaque jour et rien ne peut changer cela. À chaque réveil, les larmes lui viennent et ne la quittent plus jusqu’au coucher. Sa mère la quitté alors qu’elle est encore toute jeune et célibataire. Elle sait qu’elle ne peut pas continuer comme ça, car petit à petit elle se sent mourir elle aussi. Elle n’a plus le goût de vivre et n’a plus envie de sortir ni d’envisager une quelconque vie à deux. Mais un jour, elle se souvint, qu’avant la mort de sa mère, elle avait entendu l’histoire d’un drôle de curé qui avait dit-on le pouvoir de guérison. On le disait sage mais un peu fou car il parlait aux plantes, aux bêtes et même aux morts qui lui répondaient si on en croit les rumeurs. La jeune femme décida d’aller voir cet étrange curé. C'était pour elle la seule solution.Elle va donc le voir et lui dit : « Écoutez Monsieur le curé, il faut que vous m’emmeniez là-bas. Je dois absolument revoir ma mère décédée. » Le curé lui répond : « Moi, je veux bien mais sache que c’est compliqué et que je ne sais pas si je peux te faire revenir ou pas après. » Elle accepte le risque. Ils entament donc la cérémonie du voyage, elle s’allonge et le curé fait ses incantations et puis, elle part de l’autre côté. Elle arrive dans un beau paysage vallonné et verdoyant. Elle est sur une petite colline. Et puis, au bas de la colline, elle voit un chemin qui s’étire au loin. Elle voit que sur ce chemin, il y a une silhouette. Elle descend la colline, elle s’approche un peu plus de la silhouette et elle se dit : « Mais oui, c’est elle ! C’est bien ma mère. » Elle se précipite vers elle, se rapproche et reconnaît de plus en plus sa mère. C’est bien elle, mais elle voit que sa mère marche péniblement et qu’elle transporte sur ses épaules deux seaux d’eau suspendus aux deux extrémités d’une perche en bois. Alors, elle court de plus belle, vers sa mère et lui dit : « Mais que fais-tu ? Tu as trimé toute ta vie sur terre et voilà que tu continues à te coltiner les corvées d’eau même dans la mort ? » Alors, sa mère regarde sa fille tristement et lui répond doucement : « Mais, ma fille tu sais, ce sont tes larmes que je porte. » Sa fille, la regarde sans bouger, ne sachant que dire. Elle lui prend son fardeau et elles vont toutes les deux verser toutes ses larmes dans une proche rivière. Puis, elles se disent adieu. La mère doit repartir d’où elle vient et sa fille aussi. La mère est maintenant beaucoup plus légère pour continuer son chemin et sa fille aussi.
La fille retourne dans son monde, elle se réveille auprès du curé. Elle est si heureuse d’avoir pu revoir sa mère et de comprendre pas mal de chose. Elle remercie de tout son coeur le curé puis rentre chez elle. Elle décide alors de faire le grand ménage de donner certaines affaires de sa mère et d’en brûler d’autres. Elle se senti légère et repris goût à la vie. Six mois plus tard, elle se maria au grand galop.

[harvege.e-monsite.com]

Re: Je cherche un conte...
Envoy par: mathilde pommier (Adresse IP journalise)
Date: jeu. 2 novembre 2017 21:54:37

Il y a aussi un conte d'une petite chemise mouillée : là, c'est une mère qui pleure indéfiniment son enfant mort, enfant qui lui apparaît et la supplie de cesser de pleurer et de tremper sa petite chemise. Le message est le même.



Dsol, seuls les utilisateurs enregistrs peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.