Contes : Forum de Conteur.com
Vous cherchez un conte ? Vous voulez proposer une histoire ou discuter d'une interprétation ?
conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: mer. 19 septembre 2018 19:00:49

Bonjour à tous, je cherche un petit conte de forme randonnée dont je crois avoir lu ici même le résumé, et que je ne retrouve pas... Il s'agit de l'histoire d'un roi (ou d'un sultan ?) qui envoie ses chaussures en réparation parce qu'elles lui font mal, avec tout le trajet des chaussures jusqu'au jeune homme qui va les réparer et faire remonter au Roi (Sultan ?) des bons voeux sur un petit morceau de papier.
Voilà, je cherche je cherche et plus je cherche moins je trouve et plus il me le faut pour créer mon prochain petit spectacle...

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 21 septembre 2018 11:23:31

Je ne connais pas ce conte, mais il y en a un très drôle à propos de chaussures, "Les babouches d'Abou Kacem", qui engendrent de plus en plus de catastrophes au point que leur ancien possesseur demande que soit fait un acte de divorce entre elles et lui !
Il y a aussi "La paire de chaussures" de Gripari. Sans oublier Cendrillon, celui de Perrault comme celui de Grimm.

Envoi de Hélène Loup

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 21 septembre 2018 11:43:06

Merci Hélène, je vais chercher le conte de Gripari (je crois que j'ai ça dans ma bibliothèque)je connais les babouches, pourquoi pas... Je construis, peut être que je vous raconterai ça ici. En tout cas, merci beaucoup.

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: ClaireJM (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 21 septembre 2018 18:06:38

Je l'ai dans mes classeurs à la maison, je t'en reparle plus tard. Celui que j'ai est un conte-randonnée de Noël.
ClaireJM

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: dim. 23 septembre 2018 13:36:17

Merci Claire, je voudrais en faire le conte/cadre d'un spectacle pour Noël.


La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: dim. 23 septembre 2018 15:33:46

Il y a aussi, mais c'est peut-être hors propos, les bottes-fées de l'ogre dans "Le petit Poucet" de Perrault. Et les bottes du Chat Botté ! Egalement, il y a la pantoufle magique de l'ange dans Kalo Dant (Contes Tziganes de Gründ, 1er récit), qui permet au jeune tzigane de monter dans le ciel (il y en a 7 en tout) qui se trouve au-dessus. C'est savoureux, mais je ne sais pas si cela peut s'utiliser dans ton montage !

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: dim. 23 septembre 2018 17:39:13

Merci Hélène, j'ai le livre des contes tziganes de Gründ, je vais aller voir.

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: lun. 24 septembre 2018 12:11:36

Bonne recherche !

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: lun. 24 septembre 2018 12:34:20

Me revient en mémoire que, dans une comptine anglaise, une famille habite dans une chaussure, une chaussure haute, comme celles des paysans ou des montagnards.Je revois l'image, j'ai des bribes d'histoires, mais rien de précis. Habiter dans une chaussure faisait parti du folklore anglais, si mes souvenirs ne m'abusent pas.

Une anecdote personnelle dont tu feras ce que tu voudras : les chats un peu chasseurs font cadeau à ceux qu'ils aiment de leur proies : souris et autres rongeurs, oiseaux, et même, pour mes chattes de quand j'étais petite fille, du mou (un abat, le poumon des bovins) que ma mère leur coupait à manger. Les boîtes et croquettes pour animaux n'existaient pas encore.
Et c'est dans nos chaussures et pantoufles que nous trouvions cela, en général au réveil, quand on enfile ses chaussons sans regarder ! Nos chattes favorisaient particulièrement ma grand-mère, quasi aveugle, qui poussait toujours des hauts cris en pareil cas, et qu'elles affectionnaient pour deux raisons : son renard argenté, très à la mode ...dans la jeunesse de ma grand-mère, qu'elles pétrissaient avec ardeur en bavant dessus, à la fureur de la vieille dame ! Et le fait qu'elle contait (elle a conté à tous ses 11 petits-enfants) : les chattes se joignaient toujours à mon amie et moi (elle m'a conté des histoires jusqu'à mes 9/10 ans) et à ma mère, friande d'histoires aussi, en position de Sphinx, côte à côte, tournant le dos, mais les oreilles mobiles à l'écoute.
Mais si elles n'aimaient pas quelqu'un, ce qui arrivait rarement heureusement, elles déposaient une crotte bien odorante dans l'un de ses chaussures ou pantoufles !

J'ignore si tout cela pourra te servir, mais si oui, prends.

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: lun. 24 septembre 2018 13:07:44

Hélène, merci beaucoup, je voulais justement démarrer l'histoire avec une souris dans les pantoufles, mais bien vivante !
Je vais sans doute y ajouter, en préambule, un conte de Bourliaguet qui s'appelle Le Don du Volcan (remanié, simplifié) que j'ai raconté il y a quelques années, le montage que je prépare tourne autour d'une petite poignée de cailloux...Tombés du volcan. Et voilà que ce matin, en relisant ce conte je m'aperçois qu'il finit... sur une petite souris. Raison de plus pour apprécier ton histoire ! merci.
C'est passionnant de construire, de faire des liens, de lancer des passerelles ou même de les laisser venir (presque) toutes seules.

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: lun. 24 septembre 2018 13:50:47

Oui, c'est passionnant à faire ! Cela fait pétiller comme du champagne dans la tête !
J'ai remis la main sur la comptine anglaise, dans ses diverses versions et traductions en tapant dans mon moteur de recherche :

nursery rythmes shoe house

Ca te fera une piste de plus.

Pour la souris, elle est la première habitante des cruche, crâne-de-Cheval et moufle dans Cruchon-cruchette, Crâne-cranillon et La Moufle. Et aussi, mais là il s'agit d'un album, du placard "sombre-sombre-sombre" du livre pour enfant : "Une histoire sombre-sombre-sombre", où sa présence découverte en fin d'histoire allège d'un rire l'ambiance sombre-sombre-sombre ! Pas de chaussures cependant.

Amuse-toi bien !

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: lun. 24 septembre 2018 15:29:43

l'histoire sombre très sombre, je la raconte avec des cartons où j'ai peint le décor, le pays, la forêt etc. je termine avec une boîte, offerte par ma grand mère il y a longtemps, qui est la réplique exacte de celle de l'album Gallimard. Dedans je place quelquefois une souris verte et j'enchaîne avec la comptine, ou une souris en bois, et je raconte la randonnée de la souris qui voulait peindre un tableau... j'ai même une toute petite boîte de peinture que je range avec la souris. On s'amuse bien, en effet !
Je raconte beaucoup en crèche, c'est presque devenu ma spécialité, et pourtant j'aime aussi beaucoup raconter à tous, sans rien ou presque à part, quelquefois, une bricole dans ma poche...
Je m'en vais sur la piste de la comptine anglaise, si ce n'est pas pour ce spectacle, ça sera pour un autre !
Merci beaucoup Hélène.

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: ClaireJM (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 27 septembre 2018 21:03:00

Voilà enfin ce texte, dont la référence est notée tout en bas...

La pantoufle

Le roi de Poldavie s'éveilla, le matin de Noël, comme tous les matins. Son chambellan tira les rideaux et lui présenta sur un coussin de velours, quand il eut passé sa robe de chambre, ses belles pantoufles rouges. Le roi enfila d'abord celle de gauche, selon son habitude, puis celle de droite, mais aussitôt: il poussa un cri et, s'empressant de la quitter, il la jeta à la tête du chambellan en criant : Vieille bête !

Le chambellan devint aussi rouge que la pantoufle. Mais comme c'était un courtisan accompli, il s'inclina, ramassa la pantoufle et sortit.
Dans le couloir, il rencontra l'officier de service. Tenez, lui dit-il, regardez ce qu'on fait des pantoufles de sa majesté le Roi, imbécile ! » Et il la lui jeta à la tète. L'officier avait le sang prompt et, en plus, il avait fait la célèbre campagne de Cigalos-Barozonoff. Son premier geste fut donc pour porter la main à la garde de son épée. Mais il se contint, car il songeait à son avancement, et il se borna à ramasser la pantoufle.

Devant la porte du couloir était un factionnaire. Factionnaire ! cria le lieutenant. Et quand il fut là : «Tiens, abruti, regarde ce qu'on fait des pantoufles de sa Majesté ! » Et il la lui jeta à la tête. Le factionnaire ne dit rien, car c'était un simple soldat. Mais il ramassa la pantoufle, dès que l'officier eut viré des talons.

Dans la cour passait un domestique. Le soldat le héla et, quand il fut tout près : « Tiens, espèce de civil, regarde ce qu'on fait des pantoufles du Roi ! » Et il la lui jeta à la tête. Le domestique ne dit rien, car le factionnaire, avec son fusil, lui faisait toujours un peu peur. II ramassa la pantoufle et il la porta chez le cordonnier.

Le cordonnier était devant sa porte, en train de balayer la neige. Le domestique était tellement en colère qu'il ne trouva rien d'autre à lui dire que ceci : « Tiens, bouif, regarde ce qu'on fait des pantoufles du vieux !» Et il la lui jeta à la tête.

Le cordonnier la ramassa et il entra dans sa boutique. Le petit apprenti était en train de regarder par la fenêtre. Il songeait que c'était Noël et que ce matin même, sitôt que son patron aurait le dos tourné, il irait à Andréaskirke où l'on installe à Noël, chaque année, la plus belle crèche du monde. Le cordonnier ne lui donna aucune explication et lui jeta, tout simplement, la pantoufle à la tête.

Le petit apprenti, parce qu'il ne pouvait plus la jeter à la tête de personne, la ramassa, la mit sur l'établi, prit un marteau et, d'un seul coup, rabattit la pointe du clou qui se dressait à l'intérieur. Alors seulement, il s'avisa que c'était là une belle pantoufle. « Oh, oh ! dit-il, personne, en dehors du roi, ne peut avoir une si belle pantoufle ! » Alors, pour faire plaisir au Roi et, en même temps, lui jouer une petite farce, il prit un bout de papier et, avec son crayon, il écrivit dessus : Heureux Noël à notre bon Roi ! Puis, du papier, il fit une boule, et la glissa au fond de la pantoufle avant de rendre celle-ci à son patron.

Le cordonnier prit la pantoufle et la porta au domestique, qui la donna au factionnaire, qui la restitua au lieutenant, qui la remit au chambellan, qui la posa sur un coussin de velours et puis la présenta au Roi.

Le Roi était resté avec un pied en l'air, ce qui est fort désagréable. Aussi fut-il heureux de voir revenir sa pantoufle et il se mit en devoir de l'enfiler. Mais son pied rencontra, tout au fond, une certaine résistance. Alors il y mit la main, en retira la boule de papier et la déplia, le sourcil froncé, comme s'il voulait dire : « Qui s'est permis ? » Mais quand il lut, sur le papier : « Heureux Noël à notre bon Roi ! » il se mit à sourire. Comment l'avait-il oublié ? C'était Noël, ce matin-là !

Alors il se tourna vers le chambellan : « Monsieur le Chambellan, lui dit-il, ma Grandeur a daigné vous traiter tout à l'heure de vieille bête. Elle daigne revenir à présent à une plus juste appréciation de vos mérites, et vous confère le titre de commandeur dans l'ordre national de Sainte-Eustochie. » Le chambellan redevint rouge, mais c'était de plaisir, cette fois. Il s'inclina profondément, et il sortit.

Dans le couloir, il fit un petit signe à l'officier. «Lieutenant, lui dit-il, je vous ai vivement traité, tout à l'heure. Mais je connais votre valeur et je présenterai à la signature de Sa Majesté un décret vous nommant capitaine. » L'officier claqua des talons, et dit : « Merci, Votre Excellence ! » Et puis, il s'en alla.

Devant la porte, il vit le factionnaire, il lui pinça l'oreille et lui dit : « Soldat, je t'ai traité d'abruti, tout à l'heure. Ça ne fait rien. Ce sont les nécessités du service. Mais dis donc, tu n'aurais pas envie d'une petite permission de détente ? Tu partiras aujourd'hui pour huit jours. » Le soldat eut un sourire jusqu'aux oreilles, car il avait une fiancée dans son pays. Il dit : « Merci, mon lieut'nant ! », fit le salut militaire et s'en alla.

Dans la cour, le soldat rencontra le domestique. Il le prit par le bras. « Sans rancune, hein ? mon brave ! Nous autres, soldats, on est un peu vifs. Mais tiens, prends ça. Je l'ai rapporté de la guerre. Tu t'en serviras pour allumer ta pipe. » Et il lui donna un superbe briquet, ce dont le domestique fut très content, car il n'en avait pas.

Le domestique se fit remettre alors, sur les fonds destinés aux chaussures de Sa Majesté, un billet de 50 palpe-or (c'est la monnaie de ce pays) et il le porta au cordonnier.
Le cordonnier prit le billet — ça fait toujours plaisir — et, pour n'être pas tenté de le dépenser, le mit dans son tiroir, car il savait, le tenant de son père qui le tenait de son grand-père, que c'est ainsi que l'on fait les bonnes maisons.

Il n'y eut que le petit apprenti à qui personne ne dit rien. Mais ça lui était bien égal. Il se trouvait en ce moment à Andréaskirke, au premier rang des spectateurs. L'église était pleine. La crèche était plus belle que jamais. On peut y voir dormir l'Enfant Jésus sur de la paille fraîche, les Mages et les bergers lui présenter leurs dons et, suspendus au plafond par des ficelles d'or, les anges sonner de la trompette en gonflant leurs joues.

CHARLES DOMBRE, Entre les Roses et les Lys, Contes de Noël, EDITIONS DELACHAUX ET NIESTLE

Bonne fin de semaine
ClaireJM



Modifié 1 fois. Dernière modification le 27/09/18 21:17 par ClaireJM.

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 27 septembre 2018 21:40:56

Merci beaucoup Claire !

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 28 septembre 2018 13:02:20

Il y a la chanson du "Petit cordonnier", relativement récente qui commence par :
Un petit cordonnier qui voulait aller danser
Avait fabriqué des petits souliers

qui reprend le thème de la chanson traditionnelle :
Aux marches du palais

et d'une autre chanson ancienne qui commence par "Trois jeunes filles sous un pom pom, sous un pom pom, sous un pommier"

Et, bien sûr, le conte de Grimm des Chaussures usées au bal.

Tout ça se finissant par un beau mariage pour le plus pauvre.


Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 28 septembre 2018 13:04:27

Euh, une question concernant cette amusante randonnée : pourquoi le roi jette-il sa pantoufle à la tête du Chambellan ?

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: Ani Boquillon (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 28 septembre 2018 16:44:08

Le clou, Hélène ! (c'est le petit apprenti qui le découvre...) winking smiley
C'est vrai qu'on se demande pourquoi, il faudrait peut-être mettre juste un petit mot pour dire que quelque chose ne va pas, sans donner forcément la solution au départ...

*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 28 septembre 2018 21:55:02

C'est ce que je vais dire, mais ça sera plutôt un petit caillou- objet récurrent du montage que je prépare, pierre ordinaire et pierre précieuse- une pierre venue du volcan et apportée par la souris, qui, effrayée par je ne sais pas quoi encore, se réfugie au palais et dans la pantoufle du sultan.

La Mere Castor

Re: conte sur une paire de chaussures
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: sam. 29 septembre 2018 12:57:34

Joli, le montage §



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.