Contes : Forum de Conteur.com
Vous cherchez un conte ? Vous voulez proposer une histoire ou discuter d'une interprétation ?
contes du froid
Envoyé par: plume (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 13 décembre 2018 16:17:53

bonjour

je cherche quelques contes du froid. des idées ?

Re: contes du froid
Envoyé par: Ani Boquillon (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 13 décembre 2018 20:44:49

Euh... Tu sors dans la rue et...
Nan, je blague ! Tu vas en biblio et tu regardes déjà du côté des Grimm, et puis Andersen, et tous les grands classiques, quoi.
Il y a aussi il me semble des choses chez Calvino.
Sinon, les contes "esquimauds", les russes aussi, la Sibérie...
Ce sont juste des suggestions, pas beaucoup de temps pour chercher, mais je suis sûre qu'Hélène va débouler avec des idées géniales et surtout des TITRES!!! grinning smiley


*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: contes du froid
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 12:46:43

Gagné ! Hélène "déboule". J'ai fait pour moi une fiche à propos de contes de Noël.

Voici quelques titres pour divers âges et faciles à trouver :
La sorcière du placard aux balais, de Pierre Gripari - contes de la rue Brocca
Bonhomme Gel(ou Givre, ou Froid), Afanassiev - Contes russes
La drĂ´le de maison, Natha Caputo - Contes des quatre vents
Crâne-crânillon, version du précédent, Hélène Loup - Conter pour les petits
Terechetchka, Afanassiev (la bûche de bois se transforme en enfant la nuit de Noël)
Le vieux, la vieille, le pois et le haricot, Natha Caputo
La petite fille aux allumettes (que je ne conte pas) - Andersen
Les douze mois de l'année - Gründ Contes russes
Plume, le plus petit des oiseaux - Fontanille editions (diverses versions avec sapin, épicéa et genévrier)
Les animaux qui cherchaient l'été - Natha Caputo
Les trois ménestrels bossus - fabliau
La moufle (je ne connais pas la référence, mais c'est connu - peut-être Didier jeunesse)

sans oublier les chansons (trouvables sur le Net) comme
Nez rouge
Vive le vent
Mon beau sapin
Petit papa Noël (que je ne chante jamais)
La mule du père Framboise - Blog Hélène Loup, conte des Alpes (canalblog)

Je n'ai pas mis les récits, contes et chansons à références religieuses. Il y en a plein, notamment dans nos contes régionaux.
Bonne recherches et trouvailles

Hélène Loup

Re: contes du froid
Envoyé par: la mere castor (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 12:50:52

La fille de neige (trad. russe)
Babouchka (un album Père Castor d'après un conte traditionnel)
la montagne du souriceau (Père Castor aussi)
(je ne chante JAMAIS petit papa Noël non plus... Mais vive le vent, souvent)


La Mere Castor

Re: contes du froid
Envoyé par: Ani Boquillon (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 15:13:46

Tiens, un truc mignon que j'ai trouvé sur la Toile :
[fr.wikisource.org]
(TolstoĂŻ, quand mĂŞme !) winking smiley


*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: contes du froid
Envoyé par: plume (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 16:32:17

Merci, merci. quelle corne d'abondance... Je vais farfouiller la dedans.

Re: contes du froid
Envoyé par: Contadiralire (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 17:57:16

en plus de ceux cités déjà :
Krakonoch' et la petite marchande (conte tchèque)
Le Noël des animaux (conte de JC Renoux)
Le chien qui s'ennuyait (de Luda - conte des Samoyedes)
les 6 Jizos (du Japon)
les fraises en hiver (conte du pays lorrain) ou les fraises de décembre (version dans Fables et Légendes du Japon par Claudius Ferrand)
Vent, Ouragan et Vent de glace,(conte de Lituanie)
Zlateh la chèvre,d'Isaac Bashevis Singer
la légende le l'hiver et du printemps (indiens Navajos)
la légende du sapin (celui planté par le diable) conte jurassien.....
Bonne pĂŞche !



Diroulir : [diroulir.blogspot.fr] prend la suite de "contadiralire".

Re: contes du froid
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: ven. 14 décembre 2018 22:31:08

Wouah ! des contes que je ne connais pas ! Chouette !

Pour les 12 mois, c'est soit dans Gründ mais les "contes Slaves", pas russes, ou, si tu arrive à trouver le bouquin, dans "L'oiseau d'or et autres contes", illustré par Adrienne Ségur, chez Flammarion, un grand ouvrage bien écrit.

Hélène Loup

Re: contes du froid
Envoyé par: Contadiralire (Adresse IP journalisée)
Date: sam. 15 décembre 2018 14:36:00

le conte lorrain "des fraises en hiver" commence comme le conte "Les trois nains de la forĂŞt" des Grimm -
.....La femme conçut pour sa belle-fille une violente haine, et elle chercha par tous les moyens à la rendre malheureuse. Elle était jalouse de la voir si belle et si gracieuse, tandis que sa propre fille était si laide et si désagréable.
Un jour d’hiver que le froid avait durci la terre et que la neige cachait monts et vallées, la femme fabriqua une robe de papier et fit venir la jeune fille.
— Mets cette robe, lui dit-elle, et va au bois me quérir une corbeille de fraises : j’ai envie d’en manger.
— Dieu puissant ! répondit la jeune fille. Il n’y a point de fraises l’hiver, la terre est gelée et tout est couvert de neige. Comment pourrai-je sortir avec cette robe de papier ? Il fait si grand froid que la bise va la traverser et que les épines me l’arracheront du corps !
— Est-ce que tu ne veux pas m’obéir ? répliqua la mégère. Va-t’en tout de suite et ne reviens qu’avec ton panier plein de fraises.
....
mais l’héroïne ne rencontre ni les saisons, ni les mois, ni des nains seule la nature lui vient en aide - et comme dans la version du conte Japonais rapporté par Claudius Ferrand la mère et la soeur meurent. Je vous confie ma version.

Des fraises en Hiver
Dès les premières brumes du mois d'octobre, chaque paysan va dans la forêt chercher sa provision de bois mort pour l’hiver. Comme tous les ans, un petit oiseau s’approche attiré par le bruit de la hache et en lui faisant fête, il lui chante ses mélodies les plus douces.
Cet oiseau c’est le rouge-gorge. Le rouge-gorge est un oiseau qui écoute les malheurs des gens. Une fée bienveillante l'a envoyé vers le travailleur solitaire pour lui dire qu’il y a encore quelqu’un dans la nature qui s’intéresse à lui.

Quand la nature s’endort dans son manteau de neige, qu'il ne reste plus que le vent qui s’engouffre sous les toits des masures, le chant du rouge-gorge, modulé à voix basse, vient encore soutenir les malheureux.
Mais, dans la cheminée, quand le paysan prépare une flambée, il allume les copeaux de bois sec et la branche pétille dans la flamme..........alors, le rouge-gorge accourt en chantant pour prendre sa part du feu. L’oiseau frappe de son bec aux vitres de la pauvre maison, pour demander "asile pour l'hiver", et il rappelle à l’homme son devoir d’hospitalité.

Cette année là, le 16 décembre 1477 l'hiver était froid, on était en Lorraine. On était déjà au cœur de l’hiver. Le blanc manteau recouvrait les campagnes et la ville de Nancy.
On était encore au temps des chevaliers alors vous pensez s'il y a longtemps qu'a commencé cette histoire. C'est une histoire de fraises, ...des fraises en Hiver.
Une femme vivait seule avec deux petites filles. Adélaïde la plus jeune était sa propre fille, mais l'aînée Colombe était la fille que son mari avait eue lors d’un premier mariage.
Sa propre fille Adélaïde, était toujours de mauvaise humeur, elle passait son temps à pleurnicher et à ronchonner, mais sa mère l’adorait. En revanche, Colombe l'aînée, était gaie et généreuse, elle était tout sourire et joie de vivre. Leur mère était maigre comme un clou, sèche, renfrognée. Elle détestait sa fille Colombe, et râlait encore plus de la voir rire et sourire.
Chaque fois que Colombe riait, Adélaïde pleurait un peu plus et la mère s’en prenait à la grande en l’accusant d’embêter sa sœur.
A la maison, tout ce qu'Adélaïde faisait, s'était bien, quand il lui arrivait de trop faire cuire le pain, ou de brûler les confitures sa mère l’excusait et lui pardonnait toujours. Par contre, tout ce que faisait Colombe était méchamment critiqué , rien n’allait jamais …. Leur mère ne savait pas quoi inventer pour constamment la disputer la rabrouer.
Pour sa fête la plus jeune, Adélaïde avait envie de manger des fraises mais on était en décembre.
Elle dit : - « Mère, je veux des fraises ! »
- « Des fraises en cette saison ? Mais tu rêves, on ne peut pas en trouver. Il faut attendre le printemps ».
- « Mais j’en veux ! »
- « Tu peux avoir autre chose, tu sais. …..Je ne sais pas moi … des pommes …, ou des poires, des fruits en cette saison. »
- « Non ! Je veux des fraises».

A ce moment là, Colombe entre dans la maison avec une grosse bûche de bois dans les bras et tout en chantonnant, elle commence à activer le feu dans la cheminée :
Sa mère l'accueille comme d'habitude sur un ton de reproche : « Ah ! Te voilà enfin. T'en a mis du temps ! Eh bien ! Écoute ! toi qui aimes aller te promener, va donc chercher des fraises, ta sœur en à envie. Et ne reviens pas mes mains vides, car si non je te jetterai dehors !»

Les larmes aux yeux, la pauvre fillette met sa cape, et elle part en sabot dans la neige et le froid en se demandant oĂą et comment elle va pouvoir trouver des fraises ? Elle se dirige vers la forĂŞt.
Elle marche longtemps, longtemps, elle glisse sur les plaques de neige gelée mais nulle part elle ne voit la moindre feuille. Tout est gelé, givré, figé :
-« Comment faire pour trouver des fraises ? C’est impossible ! Même avec la meilleure volonté du monde … …Mais si je rentre à la maison sans rien ça sera terrible. Que faire, que faire ? »

Peu à peu la nuit est tombée, puis la lune est apparue.
Curieusement elle Ă©claire la forĂŞt comme en plein jour. Alors au grand Ă©tonnement de Colombe, des oiseaux se mettent Ă  chanter et Ă  voleter de branche en branche.
Les feuilles poussent sur les arbres dénudés, qui ensuite se couvrent …….de fraises odorantes. De belles fraises bien rouges, parfumées, à l’aspect juteux.

Colombe ne sent plus le froid. Elle remplit ses poches et son panier de fraises, en chantonnant gaiement. Puis elle retourne Ă  la maison.
Sa mère et sa sœur sont très étonnées de voir ce que rapporte la fillette.
Gourmandes toutes les deux, elles se jettent sur le panier, et elles ont vite fait de manger toutes les fraises. En un rien de temps le panier est vide.
- « Paresseuse, tu n’en as pas cueilli assez. Nous en avons encore envie ! Retourne là bas, et rapporte en deux paniers bien pleins. Oh ! et puis non, attends ! Nous allons t’accompagner pour voir qui te les as données »
- « Mais c’est moi qui les ai cueillies. Personne ne m’a rien donné ! ».
- « Et tu mens, en plus ! J' sais bien que tu ne peux pas les avoir cueillies. Avec l’épaisse couche de neige qu’il y a par terre, je me demande comment tu aurais fait pour voir les fraisiers…………. ».
- « Je les ai cueillies sur les arbres… Tout d’un coup, tous les arbres de la forêt se sont couverts de fraises. » dit la petite, doucement.
- « Tu crois vraiment que j' vais croire ces bêtises. Allez montre nous le chemin, et arrête de raconter des histoires ! ».

Toutes les trois sortent. La mère marche derrière Colombe, et de temps en temps, elle lui cingle les mollets avec une baguette de bois souple.
Le vent souffle, et comme il neige, la pauvre petite a du mal à avancer. Elle s’enfonce à chaque pas jusqu'aux genoux. Sa mère la suit en marchant avec son bâton accompagnée d’Adélaïde qui pleurniche parce qu’il fait très froid.

Colombe arrive péniblement à avancer, elle commence à être fatiguée, car c’est la deuxième fois qu’elle fait le trajet dans la journée.
Mais, dès qu’elle voit l’entrée de la forêt, pour fuir les coups sur les jambes que lui donne sa mère, elle se met à courir de plus en plus vite jusqu’à ce que … épuisée, à bout de souffle, … elle s’écroule au pied d’un arbre, dans la neige blanche et … et elle s’endort.

Sa mère et sa sœur ont accéléré le pas pour essayer de la rattraper, mais dès qu’elles ont franchi l’entrée de la forêt, les branches des arbres s’agitent dans tous les sens et leurs fouettent les bras et les jambes.
Et puis les arbustes se couvrent d’épines et se mettent à sortir de terre au milieu du chemin et ils leur barrent la route. Elles sont obligées de s’arrêter. Elles ne peuvent plus non plus reculer.
Elles sont prises au piège. Et comme les épines qui les griffent, s’allongent, s’allongent bientôt toutes deux elles ne peuvent plus bouger et elles sont enfermées là, à tout jamais, dans une cage de branchages bien solide.

Au bout de quelques heures, la petite fille se réveille. Colombe ne sent plus le froid, les étoiles lui sourient, la lune veille sur elle. On y voit comme en plein jour.
Emerveillée, elle voit que les arbres autour d’elle, se couvrent pour elle de fraises odorantes. Les oiseaux chantent, et viennent se poser sur son épaule en lui apportant les délicieux fruits juteux.

Alors, réchauffée, réconfortée, débarrassée de sa mère et de sa sœur, Colombe rentre tranquillement chez elle, les oiseaux de la forêt l’escortent, en voletant autour d’elle.

Depuis ce jour, elle vit dans la maison qui maintenant lui appartient, et les animaux viennent la voir souvent. Chaque fois qu’ils veulent lui faire plaisir, les arbres se couvrent de belles et juteuses fraises bien rouges.

Conte provenant du journal "le pays lorrain" en 1905 Adapté d’un conte médiéval français (les légendes médiévales évoquent une "floraison miraculeuse" des arbres à Noël qui symbolise la vie).


Diroulir : [diroulir.blogspot.fr] prend la suite de "contadiralire".

Re: contes du froid
Envoyé par: mathilde pommier (Adresse IP journalisée)
Date: sam. 15 décembre 2018 17:02:59

Sympa. Merci.

Re: contes du froid
Envoyé par: Ani Boquillon (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 20 décembre 2018 12:55:52

C'est sûr que si elle avait dit "J'ai croisé un camion de fraises qui venait d'Espagne" ces méchantes l'auraient cru... tongue sticking out smiley

Oups ! yawning smiley

...Mais ça pourrait faire l'objet d'un "conte urbain" très contemporain, non? grinning smiley

*******
Ani Boquillon * conteuse *

Re: contes du froid
Envoyé par: Contadiralire (Adresse IP journalisée)
Date: jeu. 20 décembre 2018 16:46:25

C'est vrai que de nos jours on mange de tout n'importe quand mais là, "c'était aux temps des chevaliers" alors c'est possible 🤷‍♀️

Diroulir : [diroulir.blogspot.fr] prend la suite de "contadiralire".



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent envoyer dans ce forum.
This forum powered by Phorum.